E-mail: kristian06@orange.fr

Pour revenir sur la page d’accueil afin de consulter une autre famille ou pour effectuer une recherche précise sur un patronyme, vous pouvez soit cliquer sur la favicone  V   qui se trouve tout en haut à gauche de la barre d’adresse, soit cliquer sur le bouton « home » ici à droite.

BAUDRY

Tiffauges, La Boissière-de-Montaigu, La Chaize-le-Vicomte La Limouzinière,

Les Essarts, Rocheservière, St-Martin-des-Noyers, La Grève, Mouchamps,

Mareuil-sur-Lay, La Boissière-des-Landes, Ste-Florence


Déposé le 25 janvier 2008 par Christian Frappier - Modifié, corrigé et complété le 2 février 2010

Sources - Recherches :  « Dictionnaire des Familles du Poitou », de Beauchet-Filleau

« Recueil des Filiations Bas-Poitevines » de Yannick Chassin du Guerny

Registres paroissiaux et d’Etat-Civil (Christian Frappier),

Relevés CGV, La « descendance capétienne »












La généalogie de la Famille Baudry, très incomplète, a été publiée dans « Beauchet-Filleau ». Elle a été rédigée sur les preuves faites en 1698 pour faire recevoir deux membres de la famille Baudry dans l'ordre de St-Jean de Jérusalem. La branche de La Burcerie, issue des Baudry d'Asson, est également extraite du « Beauchet-Filleau », complétée par le « Recueil des Filiations Bas-Poitevines » de Yannick Chassin du Guerny, et de nos notes personnelles.


Avec l’aide efficace des relevés des adhérents du CGV et la lecture de nombreux actes sur le site des archives, nous avons pu compléter ces deux généalogies par des ajouts très importants, de sorte que la rubrique « Personnes isolées » a même disparu de cet article.

 



1. Médor ou Amator BAUDRY, valet, seigneur de la Raynerie, épousa par contrat passé devant la cour royale de Poitiers, le 11 juin 1410, par Martineau et Guernaudeau, notaires, Guillemette BOUQUIN, fille aînée de Guillaume BOUQUIN, valet, seigneur de la Féfilière (?) et de Jeanne de LA VERRYE, dont, entre autres :

1°) Hugues BAUDRY, qui suit.

2°) Jean BAUDRY, seigneur de la Raynerie, qui épousa Jeanne BUOR, de la branche du Plessis-Buor. Dans certains documents, on trouve le nom de BUET.

 

2. Hugues BAUDRY, écuyer, seigneur de la Raynerie, qui épousa par contrat passé sous la cour de Tiffauges le 12 décembre 1433, Anne de LA HAYE, fille de Hardy de LA HAYE, écuyer, seigneur de Montbault, et de Marguerite GARION.

 

3. Jean BAUDRY, écuyer, seigneur de la Raynerie, épousa par contrat passé sous la cour de Mauléon, par Moreau et Pille, notaires, le 7 septembre 1467, Louise LE MASTIN, dame du Chastellier, fille aînée de Jean LE MASTIN, écuyer, seigneur de La Rochejacquelein, et de Jeanne JOUSSEAUME. Il servit comme brigandinier du seigneur de la Grève.

1°) Amaury BAUDRY, qui suit.

2°) Louis BAUDRY, auteur de la branche de la Burcerie, qui suivra. Beauchet-Filleau donne par erreur pour origine à cette branche un fils de Jean BAUDRY, seigneur du Chastellier, et de Christine de CARADREUX.

3°) Jeanne BAUDRY, qui épousa Nicolas SAPINAUD, seigneur de la Martayère, fils de François SAPINAUD et de Dlle BARLOT.

 

4. Amaury BAUDRY, écuyer, seigneur du Chastellier, qui épousa par contrat passé sous la cour du château de Bressuire par Perreau et Grenon, notaires, le 30 avril 1499, Nicole de TERVES, fille de Geoffroy de TERVES, écuyer, seigneur de Blanche-Coudre, et de Jeanne de LA TAILLANDIÈRE.

1°) Charles BAUDRY, qui suit.

2°) Renée BAUDRY, qui épousa Jean RICHELOT, écuyer.

3°) Françoise BAUDRY, qui épousa Thomas des VALLÉES.

 

5. Charles BAUDRY, écuyer, seigneur du Chastellier, sur la paroisse de St-Martin-Lars au ressort de Tiffauges (aujourd’hui St-Martin-des-Tilleuls), épousa par contrat passé sous la cour de Thouars par Raubry, notaire, le 12 janvier 1535, Andrée GUYNEUF, fille aînée de Messire Louis GUINEUF, chevalier, seigneur de Bouillères, et de Claude de L’HERBERGEMENT.

 

6. Jean BAUDRY, écuyer, seigneur du Chastellier, épousa par contrat du 26 mai 1566 passé sous la cour de Tiffauges par Fradi et Griffon, notaires, Christine de CARADREUX alias CARADEUX ou CARADEUC, dame de la maison noble d’Asson, fille aînée de Noble et Puissant Seigneur René de CARADEUC, et de défunte Renée du BREUIL. Ils eurent un fils unique qui suit.

 

7.  René BAUDRY, écuyer, seigneur d’Asson, épousa par contrat du 28 mai 1597 (alias 21 mai) passé sous la cour et baronnie de Tiffauges, devant Guerry et Vincent, notaires, Renée JOUSSEAUME, fille aînée de Louis JOUSSEAUME, écuyer, seigneur de Launay, et de Gabrielle du PUY du FOU. Le 26 juillet 1603, il rendit aveu au seigneur de la Renardière à cause de sa seigneurie de la Mothe-Gestin, de la partie de la terre d’Asson sise en Poitou.

A partir de ce couple, tous les descendants, même ceux ne possédant pas la terre, porteront le nom de « BAUDRY d’ASSON ». René BAUDRY et Renée JOUSSEAUME ont eu 12 fils, dont :

1°) Louis BAUDRY d’ASSON, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 8 septembre 1602, nommé par son grand-père, Louis JOUSSEAUME. Reçu chevalier de Malte le 12 février 1618. Peut-être lui, écuyer, sgr de la Gilbretière, la Turpinière (St-Aubin-de-Luigné), qui se maria vers 1630 à Perrine ROYER et eut :

1a) Philippe BAUDRY d’ASSON, écuyer, sgr de la Mauricière à Talmont, la Turpinière, cité au mariage de sa soeur.

1b) Anne BAUDRY d’ASSON, qui épousa par contrat du 7 mai 1665 passé devant Clément Blouin, notaire à Chanzeaux, Philippe GAZEAU, écuyer, sgr du Plessis-Florentin, fils de Amaury GAZEAU, écuyer, sgr du Plessis-Florentin, et de Louise de CORDON de LA BOUÈRE. Mariage en présence de Philippe, Michel et Marie, frères et soeur de l’épouse.

1c) Marie BAUDRY d’ASSON, citée au mariage de sa soeur.

1d) Michel BAUDRY d’ASSON, écuyer, sgr de la Contrie, qui asista au mariage de sa soeur.

2°) René BAUDRY d’ASSON, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 7 décembre 1603 ; reçu chevalier de Malte en 1617. Il épousa Perrine BOISSINOT, dont il eut au moins :

1a) Michelle BAUDRY d’ASSON, qui épousa Mathurin GROLLEAU, fermier à Combrand, fils de Jacques GROLLEAU et de Jacquette PALISSON.

2a) Jacques GROLLEAU, né vers 1656, ancien garde du duc d’Orléans ; il épousa à Combrand (79) le 20 octobre 1682, Marie Anne DELAVAU, fille de Robert DELAVAU, sieur de la Guérinière, et de Marguerite PARIS.

3a) Radegonde Marie Anne GROLLEAU, qui épousa à Poitiers le 1er septembre 1716, Charles de TOUZALIN, écuyer, seigneur de Lussabeau, capitaine d’infanterie, baptisé à Poitiers le 9 octobre 1688, décédé à Champagné-St-Hilaire (86) le 25 janvier 1763, fils de Jean de TOUZALIN et de Jeanne FILLEAU.

4a) Charles Rémy de TOUZALIN (1729-1800), chevalier de St-Louis, capitaine aide-major du bataillon des milices de Poitiers ; il épousa à Rom (79) le 12 janvier 1768, Marie Catherine de LA BARRE, fille de Jean de LA BARRE et de Catherine Elisabeth de LA BONNETIE.

5a) Jean Charles Rémy de TOUZALIN, né le 25 mai 1773, décédé le 7 août 1854 ; il avait épousé le 7 juillet 1799, Pauline Sophie de BARBEYRAC de SAINT-MAURICE, née à Saintes le 19 juillet 1770, décédée le 10 juin 1844, fille de Charles de BARBEYRAC de SAINT-MAURICE et d’Angélique Pauline de BEAUCHAMPS.

6a) Adolphe Charles Eustache de TOUZALIN, capitaine de cavalerie, né à Souvigné (79) le 20 mai 1800, décédé à Poitiers le 19 mars 1858 ; il y avait épousé le 13 mai 1832, Marie Françoise Adélaïde MAYAUD de BOISLAMBERT, née à Poitiers le 1er juillet 1805, y décédée le 5 juin 1878, fille de Pierre Charles MAYAUD de BOISLAMBERT et de Marie Anne DUCHESNE de SAINT-LÉGER.

7a) Marie Pauline de TOUZALIN, née en 1834, décédée à Orléans le 6 décembre 1885 ; elle avait épousé à Poitiers le 18 février 1862, Augustin Marie Victor DUMÜYS, industriel, né à Orléans le 28 mai 1830, y décédé le 2 avril 1886, dont :

8a) Marie Armande Radegonde Adélaïde DUMÜYS, décédée à Sigournais le 25 mars 1937 ; elle avait épousé à Orléans le 27 octobre 1885, René Marie MERCIER de LÉPINAY, né à La Châtaigneraie le 8 décembre 1856, décédé à Sigournais le 27 décembre 1919, fils de Stanislas Joseph Charles MERCIER de LÉPINAY et de Marie Irma NEAU.

3°) Gilles BAUDRY d’ASSON, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 8 octobre 1605, y décédé le 11 octobre suivant.

4°) Esprit BAUDRY d’ASSON, qui suit.

5°) Pierre BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur du Courneau, le Chastellier, la Brossardière, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 24 août 1609 ; il y épousa le 1er septembre 1634, Renée CHEVALIER, de Legé, fils de Jacques CHEVALIER, dont :

1a) René BAUDRY d’ASSON, chevalier, seigneur du Chastellier, épousa à Beaulieu-sur-Mareuil le 1er juin 1671 (et par contrat du 22 mai 1671 passé devant Berthon et Ballard, notaires à Fontenay), Marie Charlotte GOURDEAU, fille de Charles GOURDEAU, écuyer, seigneur de Belesbat, et de Jacquette ROBERT de CHAON. Elle est décédée le 12 mai 1705.

2a) René BAUDRY d’ASSON, chevalier, seigneur du Chastellier et la Brossardière, épousa par contrat du 10 décembre 1698, passé devant Chaillon et Marsault, notaires, et le 15 décembre en la chapelle de la maison noble du Marchais à Vieillevigne, Louise LE MAIGNAN de L’ECORCE, née le 29 août 1673, fille de Louis LE MAIGNAN, chevalier, seigneur du Marchais, et d’Anne Jeanne de FAYE. Elle fut inhumée dans l’église de Vieillevigne le 13 janvier 1705, étant veuve et âgée de 30 ans.

3a) Catherine Marguerite BAUDRY d’ASSON, née à St-Martin-Lars le 27 juillet 1701, décédée à St-Martin-des-Tilleuls le 30 juillet 1783 ; elle avait épousé en 1718 Isaac de BESSAY, écuyer, seigneur de la Vouste, fils de René II de BESSAY, écuyer, seigneur de la Vouste, et de Gabrielle Henriette de BRION. Dont postérité de BESSAY, de SUZANNET, BUOR, de TINGUY, MAJOU DE LA DÉBUTRIE, LE JOLIS DE VILLIERS, D’AVEZAC DE MORAN, MERLAND DE CHAILLÉ, TERTRAIS, DE LESPINAY, DUCHAINE, LE CLERC, DE BAGLION DE LA DUFFERIE...

2b) peut-être Anne Renée, alias Aimée Renée BAUDRY d’ASSON, né vers 1672, décédée à St-Denis-la-Chevasse le 28 mars 1744 ; elle avait épousé par contrat du 11 juillet 1695 (Beauchet-Filleau) François LE MAIGNAN de L’ECORCE, seigneur de Boisvignaud, fils de François LE MAIGNAN et de Gilette Marie AMIAUD.

1b) Pierre Gilbert BAUDRY d’ASSON, alias Gabriel, écuyer, seigneur de la Brossardière, décédé en 1702.

1c) N. BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de la Pelletrie, décédé jeune.

1d) Renée BAUDRY d’ASSON, baptisée à La Boissière-de-Montaigu le 6 mars 1637 ; elle épousa à St-Martin-des-Tilleuls le 19 juin 1660, après contrat du 16 juin 1660 passé dans la maison du Châtellier à St-Martin-Lars devant Laigneaux et Garreau, notaires en la vicomté de Tiffauges, Henri GABORIN, chevalier, seigneur de Puymain à Bazoges-en-Pareds, et de Brachechien, fils de Jacques GABORIN, chevalier, sgr de la Perjaudière et de Brachechien, et de Suzanne ROBERT. Dont entre autres :

2a) Henry GABORIN, seigneur de Puymain et du Sourdis, décédé à La Gaubretière le 4 mai 1716. Il avait épousé le 6 octobre 1710, Marguerite Gabrielle GAZEAU, fille de René GAZEAU, seigneur de Puiraveau, et de Marie GIBOT. Dont entre autres :

3a) Henry Charles Gabriel GABORIN, né à La Gaubretière le 3 août 1711. Il épousa Bénigne d’OYRON, dont, entre autres :

4a) Henriette Renée GABORIN, qui épousa à Puybelliard le 4 mai 1773, son cousin issu de germain, Gabriel Marie Joseph BAUDRY d’ASSON, seigneur de Brachain, chef vendéen, né aux Essarts le 26 janvier 1752, décédé à Luçon le 14 août 1793, fils de François Joseph BAUDRY d’ASSON, seigneur de Grezée, et de Marie Anne Elisabeth BUOR. Voir plus loin leur descendance.

3b) Pierre Henry GABORIN, né à La Gaubretière le 14 décembre 1714, y décédé le 19 avril 1736. Il avait épousé à La Gaubretière le 6 juin 1735, Marie de SAUDELET, fille de Charles de SAUDELET, seigneur du Retail, et de Charlotte BAUDRY d’ASSON.

4a) Charlotte Henriette GABORIN, née à La Gaubretière le 29 mai 1736, y mariée le 20 février 1759 à Charles Daniel SAPINAUD, seigneur des Noues, fils de Louis Daniel SAPINAUD, écuyer, sgr d’Aubert, et de feue Esprit Marie BAUDRY d’ASSON, de la paroisse de Bazoges-en-Pareds.

2b) Marie Henriette GABORIN, décédée à La Gaubretière le 30 janvier 1734. Elle avait épousé le 20 janvier 1703, Henri SAUDELET, marquis d’Andelot.

2c) Gabrielle GABORIN, née à La Gaubretière le 19 juillet 1675. Elle épousa d’abord Charles Henri Florimond de TINGUY, chevalier, seigneur de Boisbertrand, fils de Florimond de TINGUY et d’Elisabeth BOUQUET.

1e) Louise BAUDRY d’ASSON, qui épousa par contrat du 14 août 1671 passé à Rocheservière, Louis Henri LE MAIGNAN, écuyer, seigneur de Montchenin, lequel, le 9 février 1690, renonce à la succession de son beau-père. Il était fils de Louis LE MAIGNAN, écuyer, seigneur du Chatellier et de Françoise Angélique RIVIÈRE.

6°) Claude BAUDRY d’ASSON, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 23 novembre 1610.

7°) Charles BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de la Gouère, qui épousa d’abord le 7 novembre 1642, Marie GOURDEAU, fille de Jacques GOURDEAU, écuyer, sgr des Bessons, et de Catherine de LA BRUNETIÈRE. Elle était veuve de René GOURDEAU, de Abel de LAURIÈRE, et de Claude ROBINEAU, sgr de la Cantinière. Il se remaria à Renée d’AUX, veuve de Louis DORINEAU, et fille de Charles d’AUX, écuyer, seigneur de la Chaume et de la Droictière, et de Diane de COUHÉ. Veuve, elle présenta une demande en garantie au sénéchal de Poitou contre Henri GABORIN, écuyer, sgr de Princy, Charles BAUDRY d’ASSON, chevalier, sgr de la Grèze, et Gilles BAUDRY d’ASSON, chevalier, sgr de la Brossardière. Elle est décédée avant le 22 avril 1694, époque où ses neveux partageaient sa succession.

8°) Gabriel BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de la Rondardière, auteur de la Branche de Grezée qui suivra.

9°) Antoine BAUDRY d’ASSON, seigneur de St-Gilles d’Asson, prêtre, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 3 avril 1617. Il embrassa avec ardeur les doctrines de Port-Royal où il se retira en 1667. Lors de la dispersion des « solitaires » de cette maison, il se retira avec MM. de STE-MARTHE et de PONT-CHÂTEAU, rue Buffroy, au faubourg St-Antoine, et y est décédé en 1668.

 

8. Esprit BAUDRY, écuyer, seigneur d’Asson, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 5 juin 1608, y décédé le 30 août 1679 ; il avait épousé d’abord Jeanne de NAYE, décédée en 1635 ; puis par contrat du 11 novembre 1641, Marie ATTON ou HATTON, fille de Pierre ATTON, seigneur de la Mazure, et de Servage FORZONI ; et enfin, en 1652, Claude de THURIN avec laquelle il rend un aveu le 27 août 1654. Il est décédé en 1679, mais le partage de ses biens n’eut lieu que le 22 février 1695. Il laissait plusieurs enfants, tous nés de son second mariage :

1°) Gilbert BAUDRY d’ASSON, qui suit.

2°) Gabriel BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de Persimon, assista au partage provisionnel le 14 février 1680 entre Marie PILLOT, veuve de son frère Gilbert, et ses enfants, et au contrat de mariage de Pierre Claude BAUDRY, son neveu, avec Marie SAUDELET. Il épousa d’abord Charlotte QUIRIT, puis marie Catherine BROCHARD, et enfin Anne LUCQUAS (alias LUCAS). Il est décédé en 1714.

1a) Charlotte BAUDRY d’ASSON, née du premier mariage ; elle épousa Charles Gabriel SAUDELET, écuyer, seigneur du Retail. Dont au moins :

2a) Marie Renée de SAUDELET  (1715-1791), qui épousa le 6 juin 1735, Pierre Henry GABORIN, chevalier, seigneur du Sourdy, baron de Puybelliard, né à La Gaubretière le 14 décembre 1714, y décédé le 19 avril 1936, fils de Henry GABORIN, chevalier, sgr de Puymain, et de Marguerite Gabrielle GAZEAU.

3a) Charlotte Henriette GABORIN, née posthume à La Gaubretière le 29 mai 1736. Elle y épousa le 20 février 1759, Charles Daniel SAPINAUD, chevalier, sgr des Noues, fils de Louis Daniel SAPINAUD et de Esprit Marie BAUDRY d’ASSON.

1b) Marie BAUDRY d’ASSON

1c) René Gabriel BAUDRY d’ASSON, chevalier, seigneur de Persimon, né du second mariage à Mortagne-sur-Sèvre ; il épousa à Commequiers le 22 juin 1717, Marie Louise AYRAULT, de La Mothe-Achard, fille de François AYRAULT, sieur de La Naulière, et de Marie BOURSOREILLE.

2a) Esprit Gabriel Augustin BAUDRY d’ASSON, seigneur de Persimon, né vers 1717, décédé à Olonne-sur-Mer le 17 avril 1777 ; il y avait épousé le 18 novembre 1739, Marie Claudine FRICONNEAU, fille de Denis FRICONNEAU, sieur de La Motherie, et d’Aimée RUCHAUD.

3a) Gabriel Denis Louis Claude BAUDRY d’ASSON, né à Olonne le 20 mai 1740, y décédé le 17 juin suivant.

3b) Marie Louise Françoise BAUDRY d’ASSON, née à Olonne le 23 avril 1741, décédée aux Sables d’Olonne le 29 pluviôse an II ; elle avait épousé à Olonne le 4 juin 1776, Pierre Etienne d’HASTREL, lieutenant colonel des grenadiers royaux, né à St-Martin-de-Ré le 21 janvier 1724, décédé à Olonne le 30 juillet 1791, fils de Pierre Bruno d’HASTREL et de Louise Suzanne ROUSSEAU.

4a) Agathe Aimée Emilie d’HASTREL de LA CHABOSSIÈRE, née à Olonne le 7 octobre 1781, y décédée le 12 septembre 1847 ; elle avait épousé Gabriel Jacques JANNET de LÉPINAY, né aux Sables d’Olonne le 4 mai 1771, décédé à Olonne le 12 mars 1821, fils de Gabriel Jean René Joseph JANNET de LA BAUDUÈRE et de Marie Anne Antoinette JANNET de LA JARRIE. Dont postérité.

4b) Joseph René Christophe d’HASTREL de LA CHABOSSIÈRE, né à Olonne le 7 octobre 1781, y décédé le 12 avril 1823 ; il avait épousé d’abord aux Sables d’Olonne le 31 mars 1818, Fébronie Joséphine DUPLEIX, y née le 11 novembre 1788, y décédée le 27 janvier 1819, veuve de Pierre Charles MERCEREAU, et fille d’Aimé René DUPLEIX, conseiller du Roi, lieutenant général de l’amirauté du Poitou, et de Louise Thérèse VEILLON ; puis à Olonne le 16 mai 1820, Marie Anne Sophie BUOR, née à Rochefort le 20 juin 1785, fille de Pierre Louis François BUOR de LA CHAROULIÈRE, contre-amiral et mathématicien, et de Marguerite Marie Charlotte de CAIRON-MERVILLE.

4c) Pierre Joseph Louis Gabriel d’HASTREL de LA CHABOSSIÈRE, né à Olonne le 3 août 1783 ; il y épousa le 16 février 1808, Louise Gilberte Victoire BUOR, née à Rochefort le 4 avril 1784, soeur de la précédente.

3c) Marie Jeanne Angélique BAUDRY d’ASSON, née à Olonne le 15 juillet 1742, y décédée le 22 août suivant.

3d) Esprit René Joseph Gabriel BAUDRY d’ASSON, chevalier, seigneur de Persimon, capitaine de la Compagnie des Canonniers Garde-Côte de St-Gilles, né à Olonne le 20 juin 1743, y décédé le 21 juillet 1784 ; sans alliance.

3e) Marie Louise Françoise BAUDRY d’ASSON, née à Olonne le 24 octobre 1744.

3f) Luc Marc BAUDRY d’ASSON, né à Olonne le 25 avril 1746.

3g) Henrie Aimée BAUDRY d’ASSON, née à Olonne le 16 juin 1748.

3h) Louis BAUDRY d’ASSON, né à Olonne le 21 janvier 1751.

2b) Louise Claudine BAUDRY d’ASSON, née vers 1720, décédée à Olonne-sur-Mer le 6 juin 1741. Sans alliance.

3°) Pierre Claude BAUDRY d’ASSON, né à La Boisisère-de-Montaigu le 28 octobre 1643, y décédé le 31 octobre 1655.

4°) Guy Louis BAUDRY d’ASSON, écuyer, sgr de la Rondardière, capitaine au régiment de la Carte lors du partage des biens de son père, le 22 février 1695. Il assistait le 7 février 1714 au contrat de mariage de son neveu Esprit BAUDRY avec Marie EVEILLARD.

 

9. Gilbert BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de Caradreux, était décédé lors du partage des biens de son père, le 22 février 1695, auquel il fut représenté par son fils aîné. Il avait épousé le 25 juillet 1662, Marie PILLOT, fille de René PILLOT, écuyer, seigneur de la Tizonnière, et de Marie DURCOT. Elle était remariée, dès le 14 février 1680 à Gabriel CHARBONNEAU, écuyer, sgr de St-Vincent, fils de Pierre CHARBONNEAU, chevalier, sgr de Fortescuyère, et de Marie de THORIGNY.

1°) Esprit Pierre BAUDRY d’ASSON, qui suit.

2°) Guy BAUDRY d’ASSON, qui fit un partage provisonnel le 14 février 1680 avec ses frères et sa mère.

3°) Pierre Claude BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de la Tizonnière, épousa le 15 février 1684, par contrat reçu par Séguin, notaire, Marie SAUDELET, fille de Charles SAUDELET, écuyer, sgr de la Roussière, et de Marie GOURDON. Devenu veuf avant le 6 juillet 1699, il épousa ensuite par contrat reçu le 30 décembre 1699 par Caillart, notaire à Commequiers, Marie DARNAULT, veuve de Pierre MACÉ, écuyer, sgr du Plessis, dont il n’eut pas d’enfants. Il avait eu du premier lit :

1a) Marie BAUDRY d’ASSON, née vers 1684, décédée à La Boissière-de-Montaigu le 18 octobre 1684.

1b) Catherine Marie BAUDRY d’ASSON, née à La Boissière-de-Montaigu le 9 novembre 1687 ; elle épousa par contrat reçu par Musset et Seguin, notaires aux Landes-Génusson, le 6 novembre 1719, Charles LE MAIGNAN, écuyer, sgr du Cloudis, fils de François Joseph LE MAIGNAN, chevalier, seigneur de l’Epinay, et de Thérèse de BUSSY. Elle est décédée à St-Jean-de-Corcoué le 3 mars 1744. Son mari se remaria le 1er avril 1748 à N. TARDIVEAU, dame du Vignaud et est décédé à St-Jean-de-Corcoué le 31 mars 1755.

1c) Esprit Pierre BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de la Rairie, né à La Boissière-de-Montaigu le 18 avril 1690, décédé à Bazoges-en-Paillers le 28 février 1728 ; il avait épousé d’abord à St-Gervais le 7 février 1714, et par contrat du même jour reçu par Le Brethon, notaire, Françoise Gabrielle EVEILLARD, fille de Jacques EVEILLARD, chevalier, sgr de la Roussière et des Bazinières, et de Jeanne Françoise MOURAIN ; puis à Challans le 15 juillet 1720, Marie Anne IMBERT, décédée à Bazoges-en-Paillers le 5 janvier 1724, fille de Pierre IMBERT, sieur de La Choletière, et de Marie Charlotte GUÉRIN ; en juillet 1744, étant veuve, elle présentait requête au sénéchal de Machecoul en son nom et ceux de ses deux filles, comme seules héritières de feu Catherine Marie LE MAIGNAN, pour l’envoi en possession de sa succession. Dont du second mariage :

2a) Marie Esprit BAUDRY d’ASSON, qui épousa par contrat du 26 janvier 1739 et religieusement à Bazoges-en-Paillers le 5 février 1739, Louis Daniel SAPINAUD, écuyer, sgr d’Aubert, fils de François de SAPINAUD et de Céleste de RORTHAYS, auquel elle apporta la terre de la Rairie.

3a) Pierre Félicité SAPINAUD, né à Bazoges-en-Paillers le 8 janvier 1740, nommé par Pierre de RORTHAYS de MONBAIL et Marie Anne IMBERT de LA RAIRIE ; il est décédé le 19 mars 1793.

3b) Charles Daniel SAPINAUD, chevalier, sgr des Noues, né à Bazoges-en-Paillers le 28 novembre (alias décembre) 1740, nommé par Charles François de SAPINAUD du BOIS-HUGUET, et Charlotte Pélagie BAUDRY. Il est décédé (exécuté) à Mésanger (44) le 26 décembre 1793, acte de décès enregistré à Montaigu le 6 mars 1815 sur l’attestation de Esprit Marie Auguste de SAPINAUD, son fils, demeurant à Bazoges-en-Paillers, et de Ambroise Charlotte Angélique de SAPINAUD, sa fille, demeurant à la Rairie, veuve de Charles Adrien SOCHET des TOUCHES. Il avait épousé à La Gaubretière le 20 février 1759, Charlotte Henriette GABORIN de PUYMAIN du SOURDIS, sa cousine,fille de Pierre Henry GABORIN, baron de Puybelliard (lui-même petit-fils de Renée BAUDRY d’ASSON), et de Renée Marie de SAUDELET (elle-même fille de Charlotte BAUDRY d’ASSON).

3c) Célestin Pierre Louis de SAPINAUD, né à Bazoges-en-Paillers le 16 décembre 1741, nommé par Pierre René Gabriel de VAUGIRAUD, écuyer, sgr de Logerie, et Céleste de SAPINAUD.

3d) Louis Esprit de SAPINAUD, né à Bazoges-en-Paillers le 23 septembre 1743, nommé par Jacques RICHELOT et Françoise de SAPINAUD, y décédé le 5 octobre 1805.

2b) Charlotte Pélagie BAUDRY d’ASSON, citée avec sa mère et sa soeur en juillet 1744.

 

10. Esprit Pierre BAUDRY d’ASSON, chevalier, seigneur d’Asson, né vers 1663, décédé à La Boissière-de-Montaigu le 9 juin 1708 ; il fut confirmé dans sa noblesse le 7 septembre 1667, servit au ban de 1690. Il épousa par contrat du 9 août 1695, et le lendemain à Brion (Maine-et-Loire), Catherine JOUSSEAUME, fille de Louis JOUSSEAUME, chevalier, seigneur de la Bretesche, et de Catherine de LAUNAY. Elle fut inhumée dans le choeur de l’église de La Boissière-de-Montaigu le 20 avril 1728. Dont au moins :

1°) Catherine Charlotte BAUDRY d’ASSON, baptisée à La Boissière-de-Montaigu le 23 août 1696, nommée par Charlotte Françoise LE MERCIER, épouse de Louis JOUSSEAUME, sa tante.

2°) Marie Artémise BAUDRY d’ASSON, baptisée à La Boissière-de-Montaigu le 29 octobre 1698, y décédée le 22 décembre 1721.

3°) Marguerite BAUDRY d’ASSON, baptisée à La Boissière-de-Montaigu le 9 octobre 1699.

4°) Esprit BAUDRY d’ASSON, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 2 octobre 1702, y décédé le 1er septembre 1706.

5°) Louis Félix BAUDRY d’ASSON, baptisé à La Boissière-de-Montaigu le 10 avril 1704, nommé par son oncle, Louis JOUSSEAUME, marquis de La Bretesche.

6°) Marie Pélagie BAUDRY d’ASSON, baptisée à La Boissière-de-Montaigu le 28 septembre 1707.

7°) Esprit Marie BAUDRY d’ASSON, qui suit.

8°) Renée Monique BAUDRY d’ASSON, qui épousa à La Boissière-de-Montaigu le 7 décembre 1730, Charles Modeste BEUFVIER, seigneur de la Sécherie, né vers 1694, décédé au château de la Sécherie le 13 mai 1781, fils de Séraphin BEUFVIER, marquis de Palignies, grand sénéchal du Poitou, et de Julienne Henriette Catherine de BÉCHILLON.

 

11. EsChâteau d'Asson à La Boissière-de-Montaiguprit Marie BAUDRY, chevalier, seigneur d’Asson, Chavigny, Barrou, Tessonnières, né à La Boissière-de-Montaigu le 10 décembre 1708, nommé par Louis JOUSSEAUME, marquis de La Bretesche, son cousin. Page du Roi en 1723. Il épousa à St-André-sur-Sèvre le 4 novembre 1745, Marie Gabrielle Brigitte PETIT, né vers 1724, décédée à La Boissière-des-Landes le 27 décembre 1768, fille de Alexis Henri PETIT, chevalier, seigneur de la Guierche, et de Renée Julie LE LIÈVRE. Il est décédé à La Boisisère-de-Montaigu le 7 décembre 1752.

1°) Marie Julie Modeste BAUDRY d’ASSON, qui épousa en la chapelle du château d’Asson à La Boissière-de-Montaigu  le 19 novembre 1770, Benjamin Louis Jacques MAUCLERC, chevalier, seigneur de Marconnay, né au Verger de St-Christophe-du-Ligneron le 5 octobre 1742, fils de Benjamin Louis MAUCLERC et de Marie de LA ROCHE-SAINT-ANDRÉ. Il émigra en 1791, fit la campagne de 1792 et fut tué en 1793. Cependant, une déclaration de son fils Pierre Jacques Auguste disait que son père n’avait pas émigré, qu’il s’était rendu, après la déroute du Mans, à la maison de la Rouettais, commune de l’Hôtellerie de Flée (Maine-et-Loire) au cours de décembre 1793, couvert de blessures reçues dans le combat, qu’il y mourut quelques jours après et qu’il fut enterré dans le jardin de la maison. Pendant la Révolution, Mme MAUCLERC demanda sa radiation de la liste des émigrés avec ses enfants mineurs, ayant produit un certificat prouvant qu’ils habitaient la maison d’Asson depuis 7 ans. Le 18 prairial an V (3 juin 1797), elle faisait une nouvelle demande de radiation. Elle est décédée à La Verrie le 6 vendémiaire an VIII (28 septembre 1799) et fut inhumée à St-Martin-Lars en Tiffauges. Dont entre autres :

1a) Victor Esprit Xavier MAUCLERC, seigneur d’Asson, y né le 6 avril 1782. Il épousa au château d’Aux à St-Jean-de-Boiseau, près de Nantes, le 5 octobre 1812, Louise Pauline Désirée de LINIERS, fille de Louis Joseph de LINIERS, et de Pauline Désirée d’AUX. Elle est décédée le 14 avril 1848, et son mari le 27 juillet 1849, alias 1861 (M. Maillaud). Dont entre autres :

2a) Alodie Pauline Marie Louise MAUCLERC, née à Asson le 12 août 1813, décédée à Luçon le 29 février 1840. Elle avait épousé dans la chapelle du château d’Asson le 25 août 1835, Charles Léon de BAUDRY d’ASSON, demeurant à Rocheservière, né à Montournais le 16 août 1810, fils de Charles Lubin de BAUDRY d’ASSON et de Charlotte Aimée Marie de GOULLARD. Mariage en présence de Joseph Adolphe de BRANCOURT, 34 ans, demeurant à la Fillaudière de St-Hilaire-du-Bois, beau-frère de l’époux, Christophe Alexandre de MAUCLERC, 84 ans, propriétaire à St-Christophe-du-Ligneron, grand-oncle de l’épouse, et Alexandre de LA ROCHE-ST-ANDRÉ, 49 ans, propriétaire à Rocheservière, cousin issu de germain.

2°) Esprit Armand BAUDRY d’ASSON, chevalier, seigneur d’Asson, officier au régiment des gardes françaises, né à La Boissière-de-Montaigu le 17 septembre 1750 ; il épousa le 4 août 1778, dans la chapelle du château de l’Estenduère à Ardelay, Pélagie Louise Renée Marthe d’ESCOUBLEAU de SOURDIS, fille de Jacques d’ESCOUBLEAU, chevalier, comte de Sourdis, et de feue Louise Catherine de GIBOT de LA PÉRINIÈRE. Sans postérité.

3°) Gabrielle Pélagie BAUDRY, qui épousa vers 1760, Henri de GOULARD, fils de Louis de GOULARD et de Renée CAILLAUD.

4°) Augustin Alexis BAUDRY d’ASSON, né à La Boissière-de-Montaigu le 21 août 1752, y décédé le 9 juillet 1779.

 

 

  

 Branche de Grezée


8. Gabriel BAUDRY d’ASSON, seigneur de la Rondardière, fils puîné de René BAUDRY, écuyer, sgr d’Asson, et de Renée JOUSSEAUME. Il naquit à La Boissière-de-Montaigu le 18 avril 1615 ; il épousa le 27 octobre 1649, Anne CHARBONNEAU, dame de Grezée, fille de Louis CHARBONNEAU, écuyer, seigneur de l’Echasserie, et de Catherine de PLOUER.

1°) Charles Esprit BAUDRY d’ASSON, qui semble être décédé sans enfants.

2°) Charles BAUDRY d’ASSON, qui suit.

3°) Antoine BAUDRY d’ASSON, sieur du Couvineau, qui épousa à Vieillevigne (44) le 19 août 1709, Suzanne MACÉ de LA BARBELAIS, née à Noirmoutier le 31 mai 1677, fille de Luc MACÉ de LA BARBELAIS, seigneur de Puytesson, et de Marie IMBERT, dame de la Renaudière.

 

9. Charles BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de Grezée, qui épousa le 7 janvier 1670, Anne JOINTEAU., Alias JOUITEAU. Dont sans doute un fils qui suit.

 

1Logis de Grezée (ou Grezay) aux Essarts0. Charles Esprit BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de Grezée, né à Boulogne le 23 mars 1681 (Base Roglo), qui épousa d’abord à La Boissière-de-Montaigu le 7 février 1701, Renée Gabrielle GAZEAU, fille de René GAZEAU, écuyer, sgr de Puyraveau à La Boissière, et de Marie de GIBOT : puis à Luçon le 23 décembre 1735, Marie Jeanne MAYNARD, baptisée le 4 février 1689, décédée, veuve à Luçon, le 29 septembre 1765 et inhumée le lendemain au cimetière de la communauté de l’Union Chrétienne à Luçon. Elle était fille de Jean MAYNARD, chevalier, sgr de la Vergne de Péault, et de Marie Jacqueline FOUCHER de STE-FLAIVE. Dont du premier mariage :

1°) François Joseph BAUDRY d’ASSON, seigneur de Grezée, qui épousa à La Chaize-le-Vicomte (St-Nicolas) le 10 juin 1749, Marie Anne Elisabeth BUOR, dame de Beaumanoir, née vers 1717, décédée aux Essarts le 17 mai 1779, fille de René Philippe BUOR, seigneur de Beaumanoir et la Vergne-Gestin, et de Marie Anne Elisabeth de LA VARENNE.

1a) Gabriel Marie Joseph BAUDRY d’ASSON, seigneur de Brachain, chef vendéen, né aux Essarts le 26 janvier 1752, tué à Luçon le 14 août 1793

Il assista par procuration à l’assemblée de la noblesse de 1789, fut l’un des premiers à se soulever contre la tyrannie républicaine. Ayant appris qu’un mouvement venait d’éclater à Bressuire, il se mit à la tête de la garde nationale de Brachain, dont il était le commandant. Il se réunit à Delouche et, de concert, ils tentèrent d’enlever Châtillon-sur-Sèvre. Ils échouèrent et furent, quelques jours plus tard, complètement mis en déroute près de Bressuire. Gabriel BAUDRY se tint caché pendant près de 10 mois dans un souterrain près de son château de Brachain. Lors de la levée générale, il fut placé à la tête d’une division. Son fils qui l’accompagnait fut tué à l’attaque de la ville de Saumur. Lui-même eut le même sort à l’affaire de Luçon le 14 août 1793. Un domestique dévoué qui le suivait se précipita pour l’enlever, mais il tomba lui-même mortellement blessé et expira sur le corps de son maître. Son frère, Esprit de BAUDRY d’ASSON, qui commandait dans la Vendée un corps républicain, avait mis à prix la tête de son frère.

Il avait épousé à Puybelliard le 4 mai 1773, Henriette Renée GABORIN, fille d’Henry Charles Gabriel GABORIN, seigneur de Puymain, et de Bénigne d’OYRON ; mariage après dispense du 3e degré de parenté (le père de l’épouse était lui-même fils de Marguerite Gabrielle GAZEAU, soeur de Renée Gabrielle ci-dessus).

2a) Henriette Bénigne Félicité BAUDRY d’ASSON, née à Puybelliard le 21 novembre 1773.

2b) Marie Anne Elisabeth BAUDRY d’ASSON, née à Puybelliard le 31 janvier 1775, y décédée le 6 juin 1816. Elle avait épousé Pierre Armand Théophile DEVILLIERS, né vers 1772, décédé à Puybelliard le 6 octobre 1848, fils de Pierre DEVILLIERS et de Catherine GIRAUD.

3a) Lucie Marie DEVILLIERS MÉNARDIÈRE, qui épousa son cousin germain, Auguste Prosper de PYNIOT de LA BRÉCHOIRE, né à La Caillère le 24 mars 1805, décédé à St-Hilaire-du-Bois le 21 février 1860, fils de François Gaspard PYNIOT, seigneur de la Bréchoire, et d’Aimée Victoire BAUDRY d’ASSON.

3b) Alexandre Philogène César Philippe DEVILLIERS, né à Puybelliard le 5 juin 1799, y décédé le 8 février 1801.

3c) Victoire Eléonore DEVILLIERS, née à Puybelliard le 24 février 1802 ; elle y épousa le 7 novembre 1827, Gustave Scévole AILLERY, receveur de l’enregistrement et des domaines du canton de Chantonnay, né à Nantes le 14 février 1794, fils de Louis Julien AILLERY, propriétaire, décédé à Montaigu le 8 octobre 1822, et d’Anne Victoire GIBLIER. Mariage en présence d’Adrien François MACÉ, 72 ans, vicaire général et archiprêtre, chanoine honoraire du diocèse de Luçon, curé des Herbiers, oncle paternel de l’époux, Auguste AILLERY, 28 ans, propriétaire à Montaigu, frère, César Prosper BAUDRY d’ASSON, propriétaire à Bazoges, frère de l’épouse, et Auguste PYNIOT, 22 ans, son cousin germain.

3d) Marie Anne Joséphine DEVILLIERS, née à Puybelliard le 30 avril 1805, y décédée le 13 janvier 1849 ; elle y avait épousé le 9 juillet 1828, Jean Chrisostome CHARBEL, contrôleur des contributions directes à Aurillac, né à Doué-la-Fontaine (49), fils d’Etienne Jean CHARBEL et de Marie Antoinette Françoise GIRAUD : il était le frère de François Jean Brutus CHARBEL, qui avait épousé Sophie Marguerite Renée Marie Françoise BOUSSEAU.

4a) Marie Alida CHARBEL, née à La Roche-sur-Yon le 30 juillet 1831 ; elle y épousa le 9 mai 1855, Philippe Henry Benjamin BEAUVOIS, propriétaire, né aux Essarts le 23 août 1821, fils d’Henry Bernard BEAUVOIS et de Céleste Olympe Bénigne ALLAIRE.

3e) Marie Antoinette Flore DEVILLIERS, née à Puybelliard le 13 octobre 1808, y décédée le 27 décembre 1808.

3f) Henriette Augustine DEVILLIERS, née à Puybelliard le 3 avril 1810 ; elle y épousa le 16 août 1831, Jérôme Lucien BARON, notaire à La Caillère, né à Maillezais le 19 avril 1805, fils de Jean BARON et d’Henriette NICOLAS.

2c) Aimée Victoire BAUDRY d’ASSON, née à Puybelliard le 6 janvier 1776.

2d) Aimée Victoire BAUDRY d’ASSON, née à Puybelliard le 9 novembre 1777 ; elle épousa à Bazoges-en-Pareds le 9 janvier 1804, François Gaspard PYNIOT, seigneur de La Bréchoire, né à St-Hilaire-du-Bois le 31 octobre 1780, y décédé le 27 octobre 1854, fils de François Posper PYNIOT, seigneur de La Bréchoire, et de Jeanne Marie ROY.

2e) Auguste César Prosper BAUDRY d’ASSON, née à Puybelliard le 28 octobre 1778, tué à la bataille de Saumur.

2f) Anne Marie Yolande Hyacinthe BAUDRY d’ASSON, née à Puybelliard le 15 juin  1780, décédée à Poitiers le 22 octobre 1858 ; elle avait épousé à Bazoges-en-Pareds le 28 novembre 1810, Jean Baptiste GUIGNARD de GERMOND, officier de marine, né à Poitiers le 22 mai 1780, décédé à Lamaire (79) le 13 juin 1854, fils de Jean Baptiste GUIGNARD de GERMOND et de Julie Rose CLABAT du CHILLOUX.

2°) René Esprit BAUDRY d’ASSON, qui suit.

3°) Charlotte Aimée BAUDRY d’ASSON, qui épousa Jean de GAIGNARD, chevalier, seigneur de la Maquairière, dont au moins :

1a) Henriette Gabrielle de GAIGNARD, qui épousa à Boulogne le 20 août 1769, son cousin germain, Charles Marie Esprit Nicolas BAUDRY d’ASSON (voir ci-dessous).

4°) Renée Gabrielle BAUDRY d’ASSON, née à La Boissière-de-Montaigu le 10 août 1703.

5°) Rose BAUDRY d’ASSON, née à La Boissière-des-Landes le 15 novembre 1704.

6°) Charles Victor BAUDRY d’ASSON, né à La Boissière-de-Montaigu le 24 janvier 1706.

 

11. René Esprit BAUDRY d’ASSON, chevalier, sgr de Landelière, Beaumanoir, La Boissière-lez-Montaigu,né à La Boissière-de-Montaigu le 23 juin 1702 ; il épousa le 17 février 1744, Anne Françoise Hyacinthe de GOULAINE, fille de Louis Samuel de GOULAINE, seigneur de Laudouinière, et de Marguerite de CHIRÉ.

1°) Charlotte BAUDRY d’ASSON, née à La Boissière-de-Montaigu le 6 décembre 1745, y décédé le 11 février 1751.

2°) Charles Marie Esprit Nicolas BAUDRY d’ASSON, écuyer, sgr de Puyravault, né à La Boissière-de-Montaigu le 26 janvier 1747, décédé à Dompierre-sur-Yon le 14 mai 1801 ; il avait épousé d’abord à Boulogne le 20 août 1769, sa cousine germaine, Henriette Gabrielle de GAIGNARD, fille de Jean de GAIGNARD, chevalier, et de Charlotte Aimée BAUDRY d’ASSON (voir ci-dessus) ; puis à Dompierre-sur-Yon le 10 avril 1801, Céleste Marie Louise Marguerite BUOR, née vers 1754, fille de Louis Alexandre BUOR, seigneur de la Jousselinière, et de Marie Céleste ROBINEAU. Dont du premier mariage :

1a) Henriette Hyacinthe BAUDRY d’ASSON, dame de Beaumanoir, née à Boulogne le 29 août 1770 ; elle épousa le 27 juin 1797, Philippe GUIGNARD, écuyer, seigneur de Germond, né le 20 janvier 1760, décédé au château de Beaumanoir à Dompierre-sur-Yon le 26 mai 1825, fils de René Pierre GUIGNARD, seigneur de Germond, et de Marie Geneviève ROY, dont entre autres :

2a) Esprit GUIGNARD de GERMOND, marié à N. LE PAGE du BOISCHEVALLIER.

2b) Charles Henri GUIGNARD de GERMOND, né à Dompierre-sur-Yon le 23 octobre 1800, décédé au logis de la Pinsonnière, à La Boissière-de-Montaigu le 5 septembre 1846 ; sans alliance. Il embrassa la cause de la Duchesse de Berry, prit part au comabt de St-Aubin, fut pris peu après et emmené en prsion à La Roche-sur-Yon.

2c) Henri Joseph GUIGNARD de GERMOND, né à Dompierre-sur-Yon le 29 mars 1802, décédé au logis de la Pisonnière à La Boissière-de-Montaigu le 11 octobre 1882 ; comme son frère, il prit part au soulèvement de 1832 et fut lui aussi emprisonné à La Roche-sur-Yon ; il avait épousé à La Boissière-de-Montaigu le 15 février 1849, Henriette Rose FONTENIT, y née le 27 juillet 1818, fille de François FONTENIT et de Marie Victoire CHEVALIER.

3a) Henriette Hyacinthe de GUIGNARD de GERMOND, née à La Boissière-de-Montaigu le 10 mars 1850 ; elle y épousa le 11 septembre 1867, Jean Baptiste MÉRAND, notaire, né à Montfaucon (49) le 11 septembre 1832, fils de Charles MÉRAND, et de Jeanne FILLAUDEAU.

3b) Julie Appoline Marcelline de GUIGNARD de GERMOND, née à La Boissière-de-Montaigu le 15 mai 1856 ; elle y épousa le 19 février 1878, Charles Jules Marie CORMERAIS, boulanger, petit-fils d’une brave sergent de Charette, né à La Boissière-de-Montaigu le 10 janvier 1853, fils de Louis CORMERAIS et de Rose CLÉNET.

1b) Jacques Esprit Marie BAUDRY d’ASSON, née à Boulogne le 12 juin 1772.

1c) Charles Marie Pélagie BAUDRY d’ASSON, né à Boulogne le 7 février 1775.

3°) Anne Marie Yolande BAUDRY, qui épousa d’abord à La Boissière-des-Landes le 3 novembre 1773, Charles André Augustin Marie SERVANTEAU de L’ECHASSERIE, chevau dans la garde du Roi, fils d’André Benoit Charles SERVANTEAU, sieur de l’Audardière, et de Renée Marie Thérèse de SURINEAU ; il prit part pour les Révolutionnaires et fut tué à La Bruffière le 12 mars 1793 par les Blancs. Sans postérité.

4°) Charles Marie Samuel BAUDRY d’ASSON, abbé de Beaumanoir, parrain de son neveu Jacques Esprit Marie.

5°) Jacques Gabriel BAUDRY d’ASSON, qui suit.

6°) Charles Antoine René BAUDRY d’ASSON, écuyer, seigneur de Puyravault, né vers 1752, décédé à La Boissière-de-Montaigu le 16 mai 1820 ; il avait épousé à La Merlatière le 14 novembre 1786, Anne Charlotte LE BOEUF des MOULINETS, fille de Bonaventure Florent LE BOEUF, chevalier, sgr des Moulinets, et de Charlotte Aimée LE BOEUF, dont :

1a) Charles Alphonse BAUDRY d’ASSON, né à La Boissière-de-Montaigu le 23 mars 1791, décédé sans alliance.

7°) Alphonse René BAUDRY d’ASSON, né à La Boissière-de-Montaigu en 1755, garde du corps du Roi. Il fit la campagne de 1792 dans les gardes du Roi, compagnie de Luxembourg. Il épousa vers 1780, N. BUOR, fille de Louis Alexandre BUOR, chevalier, sgr de la Jousselinière, et Marie Céleste ROBINEAU.

 

12. Jacques Gabriel BAUDRY d’ASSON, sgr de Landelière, Beaumanoir, etc..., né à La Boissière-de-Montaigu le 22 février 1749, décédé à Apremont le 6 janvier 1801 ; il avait épousé au Givre le 22 avril 1777 et par contrat passé devant Giraudière, notaire à Luçon, Charlotte Aimée de MAURAS, décédée à Celle (79) le 17 avril 1794, fille de Charles Marc de MAURAS, seigneur de Chassenon, et de Bénigne Henriette de GOULARD . Ayant émigré, il fit la campagne de 1792 dans la compagnie de Luxembourg.

1°) Charles Lubin BAUDRY d’ASSON, qui suit.

2°) Henriette Charlotte BAUDRY d’ASSON, née à Fontenay-le-Comte le 29 juillet 1785 ; à son retour de l’émigration, elle épousa à Luçon le 12 prairial an X (1er juin 1802), Aimé Benjamin Bonaventure de MAYNARD, né au Langon le 4 octobre 1775, décédé le 2 décembre 1858, fils de François Germanicus Bonaventure MAYNARD, chevalier, baron du Langon, et de Marie Bénigne MAYNARD.

3°) Madour BAUDRY d’ASSON, né à Fontenay-le-Comte le 19 septembre 1790, officier, décédé en 1812 lors de la campagne de Russie.

 

13. ChaChâteau de la Touche à Rocheservièrerles Lubin BAUDRY d’ASSON, né à Chasnais le 14 janvier 1783, décédé au château de la Touche à Rocheservière le 9 septembre 1854 ; il avait épousé à Montournais le 1er juin 1808, Charlotte Aimée Marie de GOULARD, née à Rocheservière le 17 octobre 1786, décédée à Luçon le 10 avril 1866, fille de Charles René de GOULARD, et de Marie Charlotte Aimée Eléonore de CITOYS, dont :

1°) Léontine Emilie BAUDRY d’ASSON, née à Montournais le 15 mars 1809, décédée au château de la Sicaudière à St-Hilaire-du-Bois le 3 juillet 1887 ; elle avait épousé à Rocheservière le 16 octobre 1826, Adolphe Joseph de BRAUCOURT, né à Nantes le 7 ventôse an IX, décédé à la Sicaudière le 29 janvier 1876, fils de Joseph Louis Martin de BRAUCOURT du COTELLE, chevalier de Saint-Louis, lieutenant colonel, ancien aide de camp de Charette, et de Michelle Louise Etienne de MESNARD.

2°) Charles Léon BAUDRY d'ASSON, qui suit.

3°) Paul Zénobe BAUDRY d’ASSON, né vers 1812, décédé à Rocheservière le 28 juillet 1817.

4°) Charles Aimé Louis BAUDRY d'ASSON, né à Rocheservière le 5 juin 1817, y décédé le 27 novembre 1869 ; sans alliance.

5°) Elisabeth Aimée Marie BAUDRY d'ASSON, née à la Touche de Rocheservière le 30 juin 1819, y décédée le 2 novembre 1868 ; elle avait épousé à Rocheservière le 4 août 1840 Marie Aimé Germain de BILLON, né à la Poirière de La Garnache le 4 juin 1813, y décédé le 4 février 1850, fils de Germain Louis Marie BILLON du CAILLETEAU et de Marie Agathe Renée MERLAND de CHAILLÉ.

6°) Alphonse Paul BAUDRY d’ASSON, né à Rocheservière le 23 juin 1824, y décédé le 9 octobre 1827.

 

14. Charles Léon BAUDRY d’ASSON, né à Montournais le 13 août 1810, page du Roi en 1826, décédé au château de la Touche à Rocheservière le 23 décembre 1878. Il avait épousé d’abord en la chapelle du château d’Asson le 25 août 1835, sa cousine, Alodie Pauline Marie Louise de MAUCLERC, née au château d’Asson le 12 août 1813, décédée à Luçon le 29 février 1840, fille de Victor Esprit Xavier MAUCLERC (lui-même fils de Benjamin Louis MAUCLERC et de Marie Julie Modeste BAUDRY d’ASSON), et de Louise Pauline Désirée de LINIERS ; puis à La Garnache le 5 août 1850, Marie Pélagie Bénigne de BILLON, y née le 1er avril 1815, décédée le 22 janvier 1877, fille de Germain Marie Louis BILLON du CAILLETEAU et de Marie Agathe Renée MERLAND de CHAILLÉ.

1°) Léon Charles Armand BAUDRY d'ASSON, né du premier mariage, qui suit.

2°) Léon Marie Henri BAUDRY d’ASSON, né à La Garnache le 27 juin 1852, y décédé le 14 août 1854.

3°) Léontine BAUDRY d'ASSON, née du second mariage à La Garnache le 21 janvier 1856 ; elle épousa à Fontenay-le-Comte le 25 juillet 1875, Calixte de JOUSSELIN, lieutenant de vaisseau, né à Gennes (49) le 30 décembre 1848, fils du marquis Charles Calixte de JOUSSELIN, et de Constance Cécile Charlotte de SUYROT.

4°) Armande Elisabeth Marie BAUDRY d’ASSON, née à La Garnache le 10 février 1857, décédée à Luçon le 19 mars 1863.

 

15. LéoArmand, marquis de Baudry d'Assonn Charles Armand, marquis de BAUDRY d’ASSON, né à Rocheservière le 15 juin 1836, député de la Vendée, commandeur de St-Grégoire-le-Grand, décédé à La Garnache le 12 mai 1915. Il y avait épousé le 31 juillet 1860, Marie Constance Alexandrine de LA ROCHEFOUCAULD-BAYERS, née à Nantes le 21 août 1839, décédée à La Garnache le 26 décembre 1911, fille du comte Henri Louis de LA ROCHEFOUCAULD-BAYERS, ancien attaché à la Maison de Charles X, et Constance IMBERT de LA CHOLTIÈRE.

1°) Marie Antoinette de BAUDRY d'ASSON, née à Nantes le 1er mai 1861, mariée à La Garnache le 31 janvier 1883 à Gaston Pierre, comte de CORAL, ancien officier de cavalerie, né à Paris le 10 janvier 1854, fils du comte Hugues Gabriel Marie de CORAL et de Pauline Claire d’AUDIFFRET.

2°) Armand Charles Marie Aimé de BAUDRY d'ASSON, qui suit.

3°) Aimée Constance Alodie de BAUDRY d'ASSON, née en 1865, mariée à La Garnache le 30 avril 1884 à Paul Marie Louis François BÉZONGNARD de LA PLANTE, né à Louvigné (53) le 12 mai 1858, décédé à St-Christophe-du-Ligneron le 8 mars 1935, fils de Paul François BÉZONGNARD de LA PLANTE et de Louise Marie Honorine GUIBOURG.

1a) Suzanne BÉZONGNARD de LA PLANTE, mariée à Quentin Anne Marie Joseph PICHARD du PAGE, né le 19 avril 1879, fils de François Quentin PICHARD du PAGE et de Marie Madeleine Eugénie de VILLENEUVE ESCLAPON.Castel Baudry d'Asson sir l'ile d'Oléron

4°) Charles Adolphe Marie de BAUDRY d'ASSON, né à Nantes le 10 avril 1866, décédé le 19 août 1922. Il avait épousé à St-Denis d’Oléron le 4 juillet 1903, Amélie Louise Céline CRESPIN, née à La Garnache le 20 mars 1881, décédée à Versailles le 25 mai 1929, fille de René CRESPIN et de Madeleine JAUNÂTRE.

1a) Lubin de BAUDRY ASSON, né à St-Denis d’Oléron le 11 septembre 1901, décédé à La Rochelle le 29 novembre 1977 ; il avait épousé d’abord à Venansault le 16 avril 1928, Bernardette DESBORDES de JANSAC, née aux Sables d’Olonne le 20 juillet 1904, décédée en 2003, fille d’Hneri DESBORDES de JANSAC et d’Yvonne VILLETTE des PRUGNES (divorcés en 1942) ; puis à Maillezais en 1942, Gabrielle NEAU, née à Foussais-Payré le 7 mai 1919, fille de Jean Pierre NEAU et de Céline Marcelline BONNAUD. Dont du second mariage :

2a) Anne Marie de BAUDRY d’ASSON, mariée à Claude VERGNAUD.

2b) James de BAUDRY d’ASSON, mariée à Roberte BOMACORSI, dont :

3a) Xavier Lubin de BAUDRY d’ASSON

3b) Arnaud Grégory de BAUDRY d’ASSON

2c) Jean-Paul de BAUDRY d’ASSON, marié à Maryse BENET, dont :

3a) Christophe de BAUDRY d’ASSON, marié à Lysiane TÉTAUD, dont :

4a) Rémi de BAUDRY d’ASSON

3b) Stéphane de BAUDRY d’ASSON

3c) Julien de BAUDRY d’ASSON

2d) Daniel de BAUDRY d’ASSON, marié à Josiane LAIZÉ, dont :

3a) Sandra de BAUDRY d’ASSON

3b) Jérôme de BAUDRY d’ASSON

3c) Philippe de BAUDRY d’ASSON

2e) Bernard de BAUDRY d’ASSON, marié à Lydia PERRIER, dont :

3a) James de BAUDRY d’ASSON

3b) François de BAUDRY d’ASSON

3c) Virginie de BAUDRY d’ASSON

2f) Nicole de BAUDRY d’ASSON, mariée à Daniel Gaston GUILBAUD.

2g) Claude de BAUDRY d’ASSON, marié à Nicole MARNÉ, dont :

3a) Tony de BAUDRY d’ASSON

3b) Frédéric de BAUDRY d’ASSON

3c) Sébastien de BAUDRY d’ASSON

3d) Audrey de BAUDRY d’ASSON

1b) Elisa Marie Armande Anne de BAUDRY d’ASSON, née à St-Denis-d’Oléron le 18 juin 1904, décédée à La Garnache le 4 juillet 1971 ; elle avait épousé à Versailles le 27 mai 1925, Jean MALCOR DEYDIER de PIERREFEU, né à Aix-en-Provence le 15 septembre 1900, décédé à Peymeinade (06) le 9 novembre 1986, fils de Henri MALCOR DEYDIER de PIERREFEU et de Marie Thérèse Anne de VILLENEUVE-ESCLAPON.

1c) Léon de BAUDRY d’ASSON, né à St-Denis d’Oléron le 10 août 1907, décédé à Paris le 30 septembre 1987 ; il avait épousé d’abord à La Croixille (53) le 2 février 1931, Marie Andrée de COUASNON (1908-1946), fille de Tristan de COUASNON et de Marie Louise PÉAN ; puis à Paris le 5 juillet 1952, Marie SCHNEIDER (1909-1975), fille de Joseph SCHNEIDER et d’Augustine MARHOFFER. Dont du premier mariage :

2a) Régine de BAUDRY d’ASSON, née à St-Hilaire-du-Maine (53) le 31 janvier 1933 ; elle épousa Georges Jean JACQUET.

2b) Nicole de BAUDRY d’ASSON, née à St-Hilaire-du-Maine le 26 juillet 1934 ; elle épousa Michel LAMOUR de CASLOU.

2c) Charles de BAUDRY d’ASSON, né à Agneaux (Manche) le 2 mars 1936 ; il épousa Annick Marie Suzanne Joseph JUTON, née à Teillé (44) le 20 septembre 1936, dont :

3a) Patricia de BAUDRY d’ASSON, mariée à Philippe MALINGE. (divorcés).

3b) Thierry de BAUDRY d’ASSON, marié à Laurence Evelyne Odette AUVINET, dont :

4a) Ludovic de BAUDRY d’ASSON

4b) Lucie de BAUDRY d’ASSON

4c) Emilie de BAUDRY d’ASSON

3c) Brigitte de BAUDRY d’ASSON, mariée à Jean-Michel SALLIOT.

3d) Sylvie de BAUDRY d’ASSON, mariée d’abord à Thierry Nicolas Marc SUREAU (divorcés) ; puis à Bruno VERIEN.

2d) Jean-Luc de BAUDRY d’ASSON, né à St-Hilaire-du-Maine le 18 juillet 1938 ; il épousa Annick Marie Thérèse MOISDON, dont :

3a) Stéphanie de BAUDRY d’ASSON

3b) Arnaud de BAUDRY d’ASSON, marié à Patricia LAJOIE.

2e) Christian de BAUDRY d’ASSON, né en 1946.

5°) Anne Marie de BAUDRY d'ASSON, née le 8 avril 1872.

 

16. ArmArmand de Baudry d'Asson, sénateur de la Vendéeand Charles Marie Aimé, marquis de BAUDRY d’ASSON, né à La Garnache le 26 octobre 1862, nommé en mai 1886 camérier secret de cape et d’épée par Sa Sainteté le pape Léon XIII, député puis sénateur de la Vendée, décédé à La Garnache le 23 avril 1945. Il avait épousé à Paris le 12 juin 1906, Marie Madeleine PICHARD du PAGE, née à Fontenay-le-Comte le 20 mai 1878, décédée à Paris le 28 mars 1926, fille de François Quentin PICHARD du PAGE et de Marie Madeleine Eugénie de VILLENEUVE-ESCLAPON.

Député de la Vendée de 1914 à 1927. Sénateur de la Vendée de 1927 à 1936.

Armand de Baudry d'Asson poursuivit des études secondaires à Vannes, puis obtint sa licence en droit. En 1900 il fonda la Société de soie artificielle de Tubize, en Belgique. Il demeura président de cette société jusqu'en 1929. Il ne négligea pas pour autant son rôle de propriétaire terrien. Maire de La Garnache, conseiller général de Challans, il se présenta aux élections du 26 avril 1914 dans la deuxième circonscription des Sables-d'Olonne en remplacement de son père. Il fut élu au premier tour de scrutin avec 10.236 voix sur 18.939 votants. Il devint membre de la Commission du commerce et de l'industrie, de la Commission du budget, de la Commission des marchés, de la Commission de l'énergie hydraulique, et de la Commission de la législation fiscale.

Etant trop âgé, il ne fut pas mobilisé lors de la guerre de 1914. Il intervint notamment au sujet de la mise en culture des terres abandonnées (1916) ; la mise en état de défense de Verdun (1916) ; la production de guerre (1917) ; la mise en accusation d'un ancien Ministre de l'Intérieur (1917) ; la situation financière de la France (1919) ; la réparation des dommages de guerre (1919).

Il avait demandé à interpeller le Gouvernement notamment sur : l'exécution des programmes de munitions (1916) ; la politique générale du Gouvernement (1916) ; l'efficacité de l'Action française (1917).

Aux élections générales du 16 novembre 1919 il fut réélu député de la Vendée, à la tête de la liste d'union nationale.

Membre de la Commission des douanes et de la Commission des finances, il déposa diverses propositions de loi, concernant notamment : la loi de huit heures (1920) ; l'interdiction du droit de grève dans les services publics (1920). Il fut rapporteur du Budget du Service des poudres pour les exercices 1920, 1921, 1922 et 1923.

Il demanda à interpeller le Gouvernement sur le désarmement de l'Allemagne (1920) ; la politique du Gouvernement à l'égard de la classe ouvrière (1920) ; la politique extérieure du Gouvernement (1921) ; les réparations dues par l'Allemagne (1921).

Réélu aux élections générales du 11 mai 1924, à la majorité absolue, avec la liste du Cartel vendéen d'union nationale, il devint membre de la Commission des finances et de la Commission de l'agriculture.

Il prit part notamment aux discussions concernant une interpellation relative aux attaques dirigées par les évêques de France contre les institutions laïques et scolaires de la République (1925) ; les Budgets de 1925 et 1926.

Il démissionna de son mandat de député le 13 juillet 1927 s'étant présenté avec succès aux élections sénatoriales le 28 mai précédent ; il avait été élu au second tour de scrutin avec 444 voix sur 874 votants. Membre de la Commission de l'enseignement, il déposa de 1927 à 1929 un certain nombre de questions écrites.

En 1930, il intervint en séance publique contre l'adoption de la loi des assurances sociales, préférant les solutions mutualistes ou privées aux problèmes sociaux. En 1933, il devint membre de la Commission de l'agriculture, et se consacra principalement aux travaux de cet organisme.

Il ne se représenta pas aux élections du 14 janvier 1936.

Il est mort à La Garnache le 23 avril 1945. Il était Chevalier de l'Ordre de Malte, Chevalier de l'Ordre de Léopold et Camérier secret de S. S. le Pape Pie X. Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Armand de BAUDRY d’ASSON et Madeleine PICHARD du PAGE ont eu 4 enfants :

1°) Irène de BAUDRY d’ASSON, née à La Garnache le 9 avril 1909, décédée à Neuilly-sur-Seine le 23 décembre 1990 ; elle avait épousé à Paris le 15 décembre 1930, le comte Josserand de SAINT-PRIEST d’URGEL, né à Paris le 10 octobre 1907, décédé à Avignon le 30 décembre 2004, fils de Charles de SAINT-PRIEST d’URGEL et de Claude de GIRARD de CHARNACÉ.

2°) Armand de BAUDRY d'ASSON, qui suit.

3°) Annick de BAUDRY d’ASSON, née à La Garnache le 17 avril 1912, décédée le 8 janvier 2010 ; elle avait épousé à Paris le 9 mai 1932, le comte Hubert LE COMPASSEUR CRÉQUI de MONTFORT de COURTIVRON (1905-1975).

4°) François de BAUDRY d'ASSON, né à Paris le 10 octobre 1916, décédé le 16 septembre 1977 ; il avait épousé d’abord à Neuilly-sur-Seine le 5 juin 1942 Monique Hélène de NERVO (1921-1994), fille de Jacques de NERVO et de Jacqueline de LACHUSSETTE ; puis à Roquebrune Cap-Martin (06) le 11 août 1954, Suzanne DESVENAIN.

1a) Eliane Aimée BAUDRY d'ASSON, née du second mariage en 1955, mariée en 1983 à Yves DUNOYER de SEGONZAC (1947-2008), fils de Jean-Michel DUNOYER de SEGONZAC et de Guillemette de CHAUVEAU-DUCOS.

2a) Sophie DUNOYER de SEGONZAC, née en 1984.

2b) François DUNOYER de SEGONZAC

 

17. Armand Quentin Alphonse Marie Joseph, marquis de BAUDRY d’ASSON, né à Ixelles (Belgique) le 17 avril 1910, décédé à Paris le 26 février 1998 ; député de Vendée ; il avait épousé à Paris le 5 mai 1934, Louise BURIN des ROSIERS, y née le 3 avril 1912, fille de Michel Amable André BURIN des ROSIERS et de Madeleine HEURTEUX.

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Vendée), Député de la Vendée de 1946 à 1958

Armand de Baudry d'Asson est né à Ixelles (Belgique) le 17 avril 1910, d'une vieille famille vendéenne ayant eu l'un des siens tué à Luçon en 1793 et comptant plusieurs parlementaires : son grand-père, Léon, Charles, Armand de Baudry d'Asson avait été député des Sables-d'Olonne de 1876 à 1914 ; son père, Armand, Charles de Baudry d'Asson lui succéda à la Chambre avant de devenir sénateur de 1927 à 1936.

Après le baccalauréat, Armand de Baudry d'Asson fait son droit à l'Institut catholique de Paris, dont il préside l'association des étudiants, puis il suit l'enseignement de l'École supérieure d'agriculture d'Angers. Le 5 mai 1934 il épouse Louise Burin des Roziers qui lui donnera cinq enfants.

Outre une superficie importante donnée en métayage, Armand de Baudry d'Asson, exploitant agricole en Vendée, gère en direct une propriété de 100 hectares. Il s'intéresse de très près aux questions agricoles, participant à des syndicats professionnels, à des coopératives et à des mutuelles et présidant le syndicat des marais de la baie de Bourgneuf après avoir obtenu l'inscription des marais de l'Ouest dans le cadre des grands ensembles régionaux. Armand de Baudry d'Asson est également président d'une société hippique rurale et de l'Union départementale de la Fédération sportive de France.

Cet enracinement local conduit tout naturellement Armand de Baudry d'Asson, qui par ailleurs milite dans les rangs de l'Action française, à suivre les traces de son grand-père et de son père. En 1935, à vingt-cinq ans, il est élu conseiller municipal et premier adjoint au maire de la Garnache où sa famille possède le château de Fonteclose, et conseiller général de Challans jusqu'en 1955, date à laquelle il perd son siège. En 1941, il devient maire de la Garnache et est constamment réélu à ce poste.

Lieutenant de cavalerie durant la campagne de France, il déploie une grande activité anti-allemande pendant l'Occupation et est déporté à Neuengamme en juin 1944. Son comportement lui vaudra la Croix de guerre 1939-1945, le grade de chevalier puis d'officier dans l'ordre de la Légion d'honneur et la Croix du combattant volontaire de la Résistance.

Aux élections du 21 octobre 1945 pour la première Assemblée nationale Constituante, Armand de Baudry d'Asson conduit la "Liste d'union républicaine et d'action agricole, maritime et sociale" en Vendée.

A cette occasion il crée l'hebdomadaire Vendée Semaine. Obtenant 48,4 % des voix, sa liste remporte quatre des cinq sièges à pourvoir du fait de la dispersion des suffrages adverses sur cinq autres listes. Nommé membre de la Commission de l'équipement national et de la production, Armand de Baudry d'Asson intervient notamment dans la discussion du projet dé loi relatif au fermage et dans celles des projets portant nationalisation de l'électricité et du gaz et de l'industrie des combustibles liquides. Siégeant dans l'opposition de droite, tout d'abord au groupe d'unité républicaine puis au PRL (Parti républicain de la liberté), il vote contre les nationalisations et repousse le projet de Constitution qui sera rejeté par référendum le 5 mai 1946.

Tête de liste du PRL, il est réélu aux élections du 2 juin 1946 pour la seconde Assemblée nationale Constituante. Toutefois, quadruplant ses suffrages et arrivant en première position, le MRP obtient deux sièges à égalité avec la liste du PRL qui réunit 31,8 % des voix. Nommé membre de la Commission du ravitaillement, Armand de Baudry d'Asson vote contre le nouveau projet de Constitution.

Le MRP creuse l'écart aux élections législatives du 10 novembre suivant (35,4 %) mais la "Liste vendéenne d'union républicaine", que conduit Armand de Baudry d'Asson, conserve ses deux sièges. Siégeant toujours au groupe PRL, membre des commissions de l'agriculture et de l'éducation nationale, il est à l'origine de huit propositions de loi se rapportant notamment à la politique du blé et du lait, à l'équipement et à l'habitat rural. Sa proposition de loi du 16 décembre 1948 vise à régler, à partir du 1er janvier 1949, le mode de calcul des fermages. Armand de Baudry d'Asson intervient en outre très fréquemment dans les débats, notamment sur le budget de l'équipement et de la reconstruction et sur les questions agricoles, regrettant, à cette occasion, que l'agriculture soit "maintenue en France au rang des productions de seconde zone" alors que "le potentiel agricole de notre pays est plus grand que son potentiel industriel".

Il vote contre le statut de l'Algérie (27 août 1947), et s'oppose à la réforme électorale instituant le scrutin majoritaire départemental et les apparentements (7 mai 1951).

Toutefois, pour les élections législatives du 17 juin 1951, il apparente sa liste, présentée par les indépendants et le RPF à celle du MRP et s'en justifie dans ses engagements électoraux. Stigmatisant le MRP "qui a fait partie de tous les gouvernements depuis 1946 et qui a voulu ce mode de scrutin truqué", il appelle néanmoins les électeurs à éviter le retour au Parlement d'un adversaire déclaré de la liberté d'enseignement" et à surmonter "un mouvement de dégoût bien justifié". Avec près de 70 % des voix l'apparentement dépasse très largement la majorité absolue et se répartit les cinq sièges à pourvoir, éliminant Georges Gorse, député sortant SFIO. Obtenant 25,7 % des suffrages, le MRP conserve ses deux élus tandis que la liste conduite par Armand de Baudry d'Asson atteint 43,8 % des voix et gagne un siège.

A l'Assemblée, Armand de Baudry d'Asson retrouve la Commission de l'éducation nationale où il siège pendant la durée de la législature. Il est par ailleurs, membre de la Commission de l'agriculture (en 1954) puis de l'intérieur (en 1955). Inscrit au groupe des républicains indépendants, il consacre la plupart de ses interventions à l'éducation nationale mais ne néglige pas pour autant l'agriculture et sa région.

En début de législature, il est cosignataire pour les indépendants, avec Edmond Barrachin (RPF) et Charles Barangé (MRP) de la proposition sur l'enseignement privé qui, devenue loi, portera le nom de ce dernier. Elle institue une allocation scolaire perçue par les associations de parents d'élèves de l'enseignement privé et par les conseils généraux pour les élèves de l'enseignement public. Si le vote de cette loi (21 septembre 1951) provoque la rupture entre les socialistes et les républicains populaires, elle constitue aussi les prémices d'une entente entre ces derniers, les indépendants et des députés élus sous l'étiquette RPF. C'est donc tout naturellement que le député de la Vendée soutient les gouvernements de la première partie de la législature. Il apporte son concours à Joseph Laniel, dont il approuve la politique indochinoise, jusqu'à la chute du cabinet (12 juin 1954). Il s'oppose alors à l'investiture de Pierre Mendès France (17 juin 1954) et s'abstient sur les accords de Genève qui mettent fin aux hostilités en Indochine (23 juillet). Favorable à la construction européenne, il vote contre la question préalable déposée par le général Aumeran et ayant pour objet de ne pas délibérer sur la ratification du traité créant la Communauté européenne de défense (30 août). Il vote ensuite, les accords de Londres mettant un terme à l'occupation de l'Allemagne (12 octobre) et ceux de Paris autorisant son réarmement et son entrée dans l'OTAN (29 décembre). Le 4 février 1955, il refuse la confiance à Pierre Mendès France sur l'Afrique du Nord (chute du cabinet), puis soutient le gouvernement d'Edgar Faure, y compris le 29 novembre 1955 à propos du mode de scrutin et de la date des élections (chute du cabinet).

Aux élections du 2 janvier 1956, Armand de Baudry d'Asson conduit la "Liste d'union des indépendants et paysans de Vendée". Dans ses engagements électoraux, il insiste sur la nécessité d'une réforme de l'Etat (droit de dissolution, mode de scrutin) et sur "la poursuite de la lutte contre les communistes-marxistes à la solde de Moscou, naufrageurs de notre empire colonial". Obtenant 50,6 % des suffrages exprimés, l'apparentement reconduit avec le MRP dépasse de justesse la majorité absolue et se répartit à nouveau les cinq sièges à pourvoir : trois aux indépendants, (32,1 % des voix) et deux au MRP (18,5 %). Nommé à nouveau membre de la Commission de l'éducation nationale, le député de la Vendée appartient aussi à celle des affaires économiques. Inscrit au groupe des indépendants et paysans, il prend part à la discussion d'interpellations sur la politique agricole. S'il vote contre l'investiture de Guy Mollet (31 janvier 1956), il lui accorde les pouvoirs spéciaux en Algérie (12 mars) et le soutient dans l'affaire de Suez (25 octobre) mais il lui refuse les mesures fiscales qu'il sollicite (21 mai 1957 - chute du cabinet). Il vote ensuite pour l'investiture de Maurice Bourgès-Maunoury (12 juin) puis de Félix Gaillard (5 novembre) mais contribue à leur chute sur l'Afrique du Nord (respectivement le 30 septembre 1957 et le 15 avril 1958). Absent lors de l'investiture de Pierre Pflimlin (13 mai 1958) et du vote déclarant l'état d'urgence en métropole (16 mai), Armand de Baudry d'Asson s'oppose à la révision de certains articles de la Constitution (27 mai) avant d'apporter son concours au général de Gaulle : il vote la confiance le 1er juin, les pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle le 2 juin.

Armand de Baudry d'Asson est chevalier du Mérite agricole et chevalier de l'Ordre souverain de Malte.

1°) Magdeleine de BAUDRY d'ASSON, née à Paris le 20 février 1935, y décédée le 10 mars 2003 ; elle avait épousé à La Garnache le 13 juillet 1963, le vicomte Pierre Louis Jean ROEDERER, fils du Comte ROEDERER et de Julia Van RENSSELAER THAYER, dont :

1a) Philippe ROEDERER, né en 1964.

1b) Julia ROEDERER, née en 1965.

1c) Laetitia ROEDERER, née en 1967.

2°) Armand de BAUDRY d'ASSON, qui suit.

3°) Marie Diane Catherine Josèphe de BAUDRY d'ASSON, née à Paris le 13 mai 1939 ; elle épousa à La Garnache le 16 septembre 1967, Armand Paul Augustin Marie MAME (1937-2009), fils de Jean MAME et de Gilberte ROBERT de LÉZARDIÈRE, dont :

1a) Charles Louis MAME, né en 1969.

1b) Elisabeth MAME, née en 1970.

1c) Constance MAME, née en 1973.

4°) Roland de BAUDRY d'ASSON, né à La Garnache le 10 octobre 1941, y décédé le 3 avril 2013 ; il avait épousé à Paris le 15 avril 1966, Inès LE GOUVELLO du TIMAT, fille de Guy LE GOUVELLO du TIMAT et de Bernadette LECLERC, dont :

1a) Cécile de BAUDRY d'ASSON, née en 1967, mariée au comte Emeric de BOISSIEU, né le 5 mars 1963, fils de Philippe de BOISSIEU et d’Anne Daphné de DURFORT-CIVRAC de LORGE.

2a) Louis de BOISSIEU

2b) Mathieu de BOISSIEU

2c) Nicolas de BOISSIEU

1b) Blanche de BAUDRY d'ASSON, née en 1969.

1c) Anne Magdeleine Marie Joseph de BAUDRY d'ASSON, née en 1971 ; elle épousa Jean Guillaume Marie, comte de BONNEVAL, né à Paris le 17 juillet 1969, fils de Philippe de BONNEVAL et de Chantal d’ARJUZON.

2a) Casimir de BONNEVAL

2b) Masha de BONNEVAL

2c) Louise de BONNEVAL

1d) Guy de BAUDRY d'ASSON, né en 1974.

1e) François de BAUDRY d'ASSON, né en 1977.

5°) Gilles de BAUDRY d'ASSON, né à La Garnache le 18 janvier 1945 ; il épousa à La Boissière-de-Montaigu le 18 septembre 1982, Nathalie ANTOINE de CHAMBERLAT, née en 1958, fille de Christian ANTOINE de CHAMBERLAT et de Marie-Josèphe PONCET DUQUAIRE.

1a) Amélie de BAUDRY d’ASSON, née en 1987.

 

18. Armand André Marie Joseph de BAUDRY d’ASSON, né à La Garnache le 8 septembre 1936, décédé le 4 septembre 2011, inhumé à La Garnache ; il avait épousé à Paris le 30 novembre 1966 Lucile Madeleine Simone GAUTIER, fille de Robert Marie Etienne GAUTIER et de Géraldine Emmanuela Marie Thérèse Georgina de LA ROCHEFOUCAULD.

1°) Armand François Robert Marie de BAUDRY d'ASSON, né à Paris le 11 avril 1968.

2°) Arthur de BAUDRY d'ASSON, né à Paris le 8 août 1971 ; il épousa Barbara BEAU, dont :

1a) Jules de BAUDRY d’ASSON 

1b) Gaston de BAUDRY d’ASSON

1c) Hélie de BAUDRY d’ASSON


  

 

 

 

Branche de La Burcerie

 

  


4. Louis BAUDRY, écuyer, sieur de Lespinay « que l’on dit issu cadet des Baudri, sgrs d’Asson » suivant la maintenue de noblesse de 1668. Il est sans doute fils de Jean BAUDRY, écuyer, seigneur de la Raynerie, et de Louise LE MASTIN (voir ci-dessus). Il épousa Jeanne, alias Louise BUREAU, dame de Lespinay (au Girouard) et de la Garcillière (à Talmont), dont il eut :

1°) Amaury BAUDRY, qui suit.

2°) Jean BAUDRY, écuyer, vivant en 1528 et 1541, vend sa part de la Garcillière à Mathurin de RAIFFE.

3°) Perrine BAUDRY

 

5. Amaury BAUDRY, écuyer, seigneur de la Garcillière à St-Hilaire-de-Talmont, marié dès 1521 à Jeanne de LA VOYRIE, dont :

1°) Antoine BAUDRY, qui suit.

2°) Jeanne BAUDRY

3°) Marie BAUDRY

4°) Jacquette BAUDRY

5°) Françoise BAUDRY

 

6. Antoine BAUDRY, écuyer, seigneur de la Garcillière, marié à Ambroise BIENVENUE, sa veuve en 1564, époque à laquelle elle rend aveu pour la maison noble de la Garcillière, au seigneur de la Bénatonnière, à Grosbreuil. Ils eurent au moins un fils qui suit.

 

7. François BAUDRY, écuyer, seigneur de la Garcillère, qui épousa avant le 15 juin 1592, Marie AMOUREUX. Beauchet-Filleau le dit par erreur « peut-être fils de Jean BAUDRY, seigneur du Chastellier », et l’indique comme le premier auteur de la branche de la Burcerie.

1°) Ulysse BAUDRY, qui suit.

2°) Marguerite BAUDRY, vivante en 1636.

3°) Catherine BAUDRY, mariée à Soullans le 14 octobre 1620 à Samuel de LA FOREST, seigneur de la Groisardière.

 

8. Ulysse BAUDRY, écuyer, seigneur de la Garcillière et de l’Estang, qui épousa d’abord suivant contrat du 21 décembre 1622 Claude de PLOUER, héritière de la Burcerie à La Boissière-des-Landes, veuve de François de LA FOREST et fille de François de PLOUER, seigneur de la Burcerie, et de Suzanne de THORIGNÉ, puis Anne de SAINTE-CÉCILE, veuve de Gabriel de LA TOUSCHE, seigneur de la Chalonnière et fille de Nicolas de SAINTE-CÉCILE, sieur de la Gaucherie-aux-Dames, et de Jeanne de L’ESCALLE . Elle est décédée aux Sables d’Olonne le 2 mai 1669, après avoir testé le 30 avril précédent devant Adrien Payneau et Joseph Gaudriau, notaire du comté des Olonnes. Beauchet-Filleau précise qu’ils furent séparés par sentence du prévôt de Paris le 10 décembre 1644, mais ils renoncèrent à cette séparation par acte passé devant Martin Pelletier et Pierre Langeron, notaires à Commequiers, le 9 février 1646.

1°) Gabriel BAUDRY, qui suit.

2°) Philippe BAUDRY, sieur de la Morissière.

3°) Suzanne BAUDRY

4°) Marie Anne BAUDRY, née du second lit, encore mineure en 1664, et âgée de 25 ans. Elle épousa René BAUDOUIN, écuyer, seigneur de la Lière, veuf de Louise de RORTHAYS, et fils de Jean BAUDOUIN, seigneur du Payré, et de Louise JOUSSELIN.

1a) René Théodore BAUDOUIN, sgr de la Lière, colonel au régiment de Ste-Flaive. Il épousa à La Rochelle, par contrat du 24 septembre 1692, Marie Anne du BOUCHET, dont :

2a) Marie Anne BAUDOUIN, décédée à Ste-Flaive-desRuines du château de la Lière à Ste-Flaive-des-Loups-Loups le 9 mars 1694.

2b) René Louis BAUDOUIN, sgr de la Lière, né à Ste-Flaive-des-Loups le 27 juillet 1705, nommé le lendemain par Messire Gabriel BIROTHEAU, curé de Ste-Flaive, et Dlle Louise BAUDRY de LA BURCERIE. Il épousa Anne de LA CANTINIÈRE.

2c) Marie Anne Charlotte BAUDOUIN, qui épousa d'abord René François POITEVIN du PLESSIS-LANDRY, sgr de La Touche, fils de Antoine POITEVIN et de Marie AYMON, puis Yves Calixte de RORTHAYS, sgr de La Rochette, et enfin Jean Baptiste du VAU de CHAVAGNES, sgr de La Barbinière.

2d) Adrien Théodore BAUDOUIN, sgr de la Lière, qui épousa d'abord à La Mothe-Achard, par contrat du 2 juin 1726, Jeanne Marie ROBERT de LÉZARDIÈRE, décédée à Ste-Flaive-des-Loups le 9 juin 1729, fille de Claude ROBERT, sgr de La Jarrie, et de Marie Anne TAILLEFER de MONTAUZIER, puis Louise Bonne AYMON, dame de Lausonnière.

3a) François Théodore BAUDOUIN, né du premier mariage à Ste-Flaive-des-Loups le 9 juin 1727, nommé par Messire Claude François Marie ROBERT, sgr du Châtaigner, et Dame Marianne du BOUCHET.

3b) Jeanne Marie Louise BAUDOUIN, née à Ste-Flaive-des-Loups le 21 juillet 1728, nommée par Messire René Louis BAUDOUIN, sgr de la Lière, et Dame Jeanne Renée BARATHON, dame des Châtaigners. Elle épousa Messire Gabriel GAZEAU de LA BRANDASNIÈRE, sgr de l'Audraire, né à Grosbreuil le 18 août 1725, décédé au château de la Lière à Ste-Flaive-des-Loups le 2 août 1787, fils de Louis Alexandre GAZEAU et de Marie Marguerite Henriette de MORAIS.

4a) Charlotte Louise GAZEAU, née à Ste-Flaive-des-Loups le 18 février 1758, y décédée, au château de la Lière, le 15 juin 1759.

4b) Alexandre Gabriel Louis Adrien GAZEAU de LA BRANDASNIÈRE, né au château de la Lière à Ste-Flaive-des-Loups le 6 juin 1760, décédé à La Rochelle le 25 juin 1793. Il avait épousé à Nieul-le-Dolent le 27 avril 1790, Louise Françoise Bénigne BAUDRY de LA BURCERIE, y née le 5 février 1765, y décédée le 19 avril 1822, fille de Jacques Louis Gabriel BAUDRY de LA BURCERIE et de Louise Bénigne de ROSSY. Veuve, elle se remaria à Ste-Flaive-des-Loups le 22 novembre 1796 à Jacques Pierre Léon FRAPPIER, fils de Jacques FRAPPIER, sieur de La Retardière, et de Catherine Elisabeth BUFFET. Voir plus loin.

4c) Louis Henry Théodore GAZEAU, né à Ste-Flaive-des-Loups le 5 juin 1761, décédé en 1828. Il avait épousé le 7 février 1803, Pauline Elisabeth de LESPINASSE, dont postérité.

4d) Pierre Gabriel GAZEAU de LAUDRAIRE, né au château de la Lière à Ste-Flaive-des-Loups le 8 mars 1764. Ayant émigré pendant la Révolution, il rentra en France au retour des Bourbons et mourut sans alliance en 1839.

4e) Théodore GAZEAU, né au château de la Lière à Ste-Flaive-des-Loups le 27 avril 1765, y décédé le 9 mai suivant.

4f) Charles Augustikn GAZEAU des ARPENTS, né au château de la Lière le 27 janvier 1767, décédé sans alliance à Kingstone (Jamaïque) le 22 novembre 1798.

4g) Marie Désiré Bonaventure GAZEAU de LERRIÈRE, né à Ste-Flaive-des-Loups le 27 janvier 1767, décédé le 8 mars 1832. Il avait épousé à Ste-Foy le 12 février 1806, Marie Félicité d'ANGÉLY, fille de Antoine d'ANGÉLY et de Marie Jeanne Félicité de LA DIVE. Dont postérité.

3c) Marie Louise BAUDOUIN, née du second mariage.

1b) Louise BAUDOUIN, baptisée à Notre Dame des Sables d'Olonne le 6 février 1669. Elle épousa en 1702, Charles de LA GUÉRINIÈRE, sgr de La Jurairière.

1c) Alexandre BAUDOUIN, sgr des Arpents, baptisté à Notre Dame des Sables d'Olonne le 20 juin 1675. Sans alliance.

 

9. Gabriel BAUDRY, écuyer, seigneur de la Burcerie et de la Vesquière (à St-Avaugourd-des-Landes), marié par contrat du 21 septembre 1664 à Marguerite PICHOT, fille de Jean PICHOT, sieur de Sauveterre, bourgeois à Olonne-sur-Mer, et de Suzanne PERRAULT. Elle était soeur de René PICHOT, sieur de La Gaubardière, qui épousa Renée FRAPPIER, fille de Maître David FRAPPIER, sieur du Landreau, et de Marie BRÉCHOTTEAU.

1°) Gabriel BAUDRY, qui suit.

2°) Charles BAUDRY, prêtre aux Moutiers-les-Mauxfaits.

3°) Jean BAUDRY, prêtre, prieur de La Boissière-des-Landes de 1706 à 1720.

4°) Pierre BAUDRY, écuyer, sieur de la Vesquière, y demeurant à St-Avaugourd-des-Landes. Il fut le père de :

1a) René Gabriel BAUDRY, écuyer, sieur de la Vesquière, décédé à Poiroux le 15 mars 1740, âgé de 27 ans. Il avait épousé Marie Anne Jacquette HILLAIRET, qui veuve, se remarie à Poiroux le 22 octobre 1744 à Elie Auguste César BUOR, seigneur de la Couperie.

2a) Marie Gabriel René BAUDRY, seigneur de la Vesquière, qui épousa à Sérigné le 2 août 1779, Marie Charlotte de MOUILLEBERT de PUISSEC, fille de Charles Auguste de MOUILLEBERT, chevalier, seigneur de Puissec, et de Marie BRUNET, dont :

3a) Marie Madeleine Gabrielle Yvonne BAUDRY, née vers 1780, décédée à La Roche-sur-Yon le 6 décembre 1840 ; elle avait épousé à Fontenay-le-Comte le 30 pluviose an VIII, Marie Joseph Victor MORISSON de LA NAULLIÈRE, fils de Jean Henri Augustin MORISSON de LA NAULIÈRE et de Rose Dorothée Jacquette LE ROUX de LA ROUTIÈRE.

3b) Marie Charlotte Esther MORISSON de LA NAULLIÈRE, qui épousa le 18 février 1800 Pierre Armand Constant de GRIMOUARD. Dont au moins :

4a) Abel Henri de GRIMOUARD, né à Niort le 16 prairial an X (5 juin 1802), contrôleur des contributions directes. Il épousa à La Roche-sur-Yon le 8 février 1830, Alexandrine Pauline de BUOR, née à l'Eraudière de Dompierre-sur-Yon le 14 janvier 1809, fille de César Alexandre de BUOR, et de Julie Catherine Céleste MIGNOT d'HOUDAN, décédée à l'Eraudière de Dompierre-sur-Yon le 26 mars 1809. Mariage en présence de Marie Joseph Victor de MORISSON, 51 ans, propriétaire à Mareuil-sur-Lay, oncle de l'époux, François Marie Gilbert GORIN de PONSAY, 59 ans, oncle de l'épouse, demeurant à St-Mars-des-Prés, François Léon de BOSCAL de RÉALS, comte de MORNAC, colonel d'infanterie, député, âgé de 46 ans, demeurant à Beaufou, cousin issu de germain du père de l'épouse.

2b) Marie Anne Elisabeth BAUDRY, née à Poiroux le 11 janvier 1739. Elle épousa au Bourg-sous-la-Roche le 8 janvier 1766, son cousin, Messire Paul Joseph LE ROUX, chevalier, seigneur de Lhaumière et la Tournerie, y demeurant à Aubigny, fils de Messire Paul Victor LE ROUX, seigneur de La Routière, et de Dame Marguerite Charlotte BAUDRY de LA BURCERIE.

5°) Louise BAUDRY, demoiselle de la Vesquière, inhumée le 16 octobre 1715 à St-Avaugourd-des-Landes.

6°) Suzanne BAUDRY

7°) Marie Hyacinthe BAUDRY, alias Marguerite Hyacinthe, née vers 1666, décédée à La Boissière-des-Landes le 19 février 1711. Son corps fut inhumé dans l’église de La Boissière « proche la grande porte, vis à vis le petit béniter ». Elle avait épousé d’abord Louis d’ARCEMALLE, seigneur de la Servantière, fils de Louis d’ARCEMALLE, seigneur de la Servantière et de Louise CLÉRICEAU, puis à Moutiers-les-Mauxfaits le 16 janvier 1703, Charles MARIN, écuyer, seigneur de la Sicaudière à Moutiers-les-Mauxfaits, fils de Jean MARIN, seigneur du Genest, et de Suzanne BERTRAND.

8°) Madeleine BAUDRY, qui épousa à La Boissière-des-Landes le 25 octobre 1708 René PORCHIER, sieur de la Thibaudière, de Nieul-le-Dolent, fils de Pierre PORCHIER, sieur de la Thibaudière à Nieul-le-Dolent, et de Marie NAULLET. Elle est décédée à la Thibaudière le 28 décembre 1725..

 

10. René Gabriel BAUDRY, chevalier, seigneur de la Burcerie, baptisé le 21 décembre 1670, maintenu noble le 28 septembre 1699. Il épousa au Bourg-sous-la-Roche le 12 janvier 1706, Marie Louise de GAZEAU, fille de Louis Pierre de GAZEAU, sieur de la Couperie (au Bourg-sous-la-Roche) et d’Aspasie Gabrielle BERTRAND. Elle fut inhumée à Nieul-le-Dolent le 25 avril 1739.

1°) Louise Gabrielle BAUDRY, née à La Boissière le 23 février 1707.

2°) Gabriel François Alexis BAUDRY, qui suit.

3°) Suzanne BAUDRY, demoiselle de la Burcerie, décédée à Moutiers le 25 septembre 1751.

4°) Marguerite Charlotte BAUDRY, née à La Boissière-des-Landes le 21 novembre 1714. Elle épousa Messire Paul Victor LE ROUX, seigneur de la Routière, à Aubigny. Devenue veuve, elle se retira à la Générie des Clouzeaux où elle rédigea son testament en 1785. Elle est décédée le 15 décembre 1788. Elle eut au moins une fille :

1a) Paul Joseph LE ROUX, qui épousa au Bourg-sous-la-Roche le 8 janvier 1766, sa cousine, Marie Anne Elisabeth BAUDRY, fille de Messire René Gabriel BAUDRY, sieur de la Vesquière, et de Dame Marie Anne Jacquette HILLAIRET.

 

11. Gabriel François Alexis BAUDRY, seigneur de la Burcerie, qui épousa au Girouard le 20 novembre 1729,  Suzanne de BUSCA, fille de Jacques Gilbert de BUSCA, seigneur de Bois-Masson et de Suzanne LÉGIER.

1°) Jacques Louis Gabriel BAUDRY, qui suit.

2°) Louis Joseph René BAUDRY, abbé de La Burcerie, né à La Boissière-des-Landes le 9 février 1734. Prêtre, décédé le 13 avril 1759.

3°) Gabriel Alexis BAUDRY, écuyer, seigneur de la Chesnelière, baptisé à Nieul-le-Dolent le 21 juin 1735. Il épousa à la Chaume le 21 août 1771, Catherine PYNEAU, fille de Joseph PYNEAU, sieur de la Garnerie, et de Catherine BLAY.

1a) Marie Catherine BAUDRY, qui épousa à Grosbreuil en l’an VI Antoine Hippolyte THIRGARTNER-DUPARC, trésorier-payeur général du département des Deux-Sèvres.

4°) Jacques Joseph BAUDRY, seigneur de la Joussemière, chevalier de Saint-Louis, décédé sans alliance à Nieul-le-Dolent le 27 septembre 1818.

5°) Marie Suzanne BAUDRY, née à Nieul-le-Dolent le 9 mars 1738.

6°) Gabriel BAUDRY, né à Nieul-le-Dolent le 30 octobre 1739.

7°) Marguerite Suzanne BAUDRY, née à La Boissière-des-Landes le 17 avril 1744.

8°) Suzanne Angélique Perrine BAUDRY, qui épousa à Ste-Flaive-des-Loups le 9 juin 1777 Louis René de RORTHAYS, seigneur de la Savarière, veuf de Charlotte PYNEAU.

 

12. JacLe vieux Logis de la Burcerie à Ste-Flaive-des-Loupsques Louis Gabriel BAUDRY de LA BURCERIE, chevalier, né à La Boissière-des-Landes le 8 novembre 1730, disparu pendant la Guerre de Vendée. Il avait épousé à Dompierre-sur-Yon le 22 novembre 1763 Louise Bénigne de ROSSY, fille de Louis Alexandre de ROSSY, seigneur de Rortheau, et de Jeanne Bénigne de GUINEBAULT. Elle est décédée à Nieul le 23 novembre 1789.

1°) Louise Bénigne Françoise BAUDRY, née à Nieul le 6 février 1765, y décédée le 19 avril 1822. Elle avait épousé d’abord à Nieul-le-Dolent le 27 avril 1780, Alexandre Gabriel Louis Adrien de GAZEAU de LA BRANDASNIÈRE, seigneur de la Lière, décédé à La Rochelle le 25 juin 1793, puis à Ste-Flaive-des-Loups le 2 frimaire an V (22 novembre 1796) Jacques Pierre Léon FRAPPIER – le fameux créateur du corps à cheval de chasseurs républicains de la Vendée – né à la Rabretière du Bernard le 10 septembre 1770, décédé à Talmont le 14 février 1839, fils de Maître Jacques FRAPPIER, sieur de la Retardière, et de Catherine BUFFET. Voir descendance Famille FRAPPIER.

2°) Louise Victoire Aimée BAUDRY, née à La Boissière-des-Landes le 29 octobre 1767, décédée à St-Georges-de-Pointindoux le 9 janvier 1832. Elle avait épousé à Poiroux le 2 brumaire an VII (23 octobre 1798), Gilles MERCIER-COLOMBIÈRE, baptisé aux Sables d’Olonne le 17 mars 1767, avocat, arrêté pour ses imprudences de langage et libéré le 8 mai 1793, mais réincarcéré le 18 juillet suivant en même temps que son père et sa soeur, puis libéré le 3 août. Il s’engagea dans le bataillon des patriotes de la Vendée puis en octobre, dans l’escadron des Chasseurs de la Vendée et participa le 23 mars 1796 à la prise de Charette par Travot. Il devint ensuite maire de St-Georges-de-Pointindoux. Il était le fils de Gilles Charles Denis Louis MERCIER, sieur de Platibault, et de Marie Anne Suzanne DUPONT.

3°) Louise Marguerite BAUDRY, née le 17 août 1775, décédée enfant.