Pour revenir sur la page d’accueil afin de consulter une autre famille ou pour effectuer une recherche précise sur un patronyme, vous pouvez soit cliquer sur la favicone  V   qui se trouve tout en haut à gauche de la barre d’adresse, soit cliquer sur le bouton « home » ici à droite.

E-mail: kristian06@orange.fr

PÉROTTEAU

Alias PERROTTEAU, PERROTEAU

Belleville-sur-Vie, Les Lucs-sur-Boulogne, , La Roche-sur-Yon, La Merlatière, Nesmy, St-Vincent-sur-Graon,

Aubigny, St-Hilaire-la-Forêt, Avrillé, Boulogne, St-Denis-la-Chevasse…


Déposé le 10 avril 2017 par Christian Frappier - Mise à jour le 17 avril 2017

Sources - Recherches

Registres paroissiaux et d’Etat-Civil et Relevés CGV: Christian Frappier, Roglo, Christian Rayneau





1. Jacques PÉROTTEAU, procureur de Belleville-sur-Vie, né vers 1684, décédé à Belleville-sur-Vie le 16 février 1755 ; il avait épousé Anne Marie ARNAUD, dont il eut au moins :

1°) Jacques André PEROTTEAU, qui suit.

2°) André PERROTEAU, huissier des tailles, né vers 1722, décédé à Belleville le 15 octobre 1782, inhumé en présence de Pierre et René PERROTEAU, ses neveux.

3°) Jean PÉROTTEAU, épousa le 12 février 1748, Renée MERCIER, fille de Jacques MERCIER, sieur de la Brételière, fermier général de St-Denis-la-Chevasse, et de Marie FORT. Dont au moins :

1a) Pierre PÉROTTEAU, maître en chirurgie, né vers 1759, décédé aux Lucs le 27 octobre 1831 ; chirurgien major durant sa période militaire, au 14e bataillon des volontaires nationaux ; il servit notamment du côté du Bec d’Ambès (Gironde) ; chirurgien dans l’Armée de l’Ouest en l’an IV ; il fut maire des Lucs-sur-Boulogne du 20 juillet 1800 au 26 novembre 1805 ; il eut au moins deux enfants naturels d’une relation avec Jeanne BOSSIS, née vers 1768, décédée aux Lucs le 20 avril 1824, fille de Clément BOSSIS et de Magdeleine BÉRIAU, cette dernière, fille de Jean BÉRIAU et de Jeanne PAYRAUDEAU :

2a) Pierre PÉROTTEAU, docteur en médecine, né à Nantes le 18 pluviôse an IX, décédé aux Lucs-sur-Boulogne le 22 mars 1828.

2b) Victor Eliacin BOSSIS, puis PÉROTTEAU, docteur en médecine, né aux Lucs le 1er pluviôse an 11 ; il fut adopté le 11 octobre 1828 par Pierre PÉROTTEAU :

La Cour Royale séant à Poitiers, a rendu en audience publique de la première chambre civile l’avis suivant :

Vu une requête des sieurs Pierre PERROTEAU, célibataire, docteur médecin aux Lucs, âgé de 69 ans, et Victor Eliacin PERROTEAU, docteur médecin, fils naturel du premier, âgé de 25 ans révolus,

( …) à ce que réformant un jugement du 1er décembre dernier, qui rejette l’adoption de Victor Eliacin PERROTEAU par son père naturel, il soit dit qu’il y a lieu à cette adoption.

Vu le dit jugement de rejet et les pièces par lesquelles les demandeurs justifiaient qu’ils ont rempli toutes les formalités prescrites par la loi, pour parvenir à la dite adoption,

Ouï Monsieur de LAGARDE, conseiller commis en son rapport,

Et Monsieur l’Avocat Général BOUCHARD dans ses conclusions,

La Cour, après en avoir délibéré, déclare le jugement du Tribunal de Bourbon Vendée du 1er décembre dernier, réformé, en conséquence déclare qu’il y a lieu à l’adoption du sieur Victor Eliacin PERROTEAU par le sieur Pierre PERROTEAU, son père naturel,

Ordonne que le présent arrêt sera affiché au nombre de quatre exemplaires aux chefs lieux des centons et communes dans lesquels les demandeurs ont leur domicile, à la porte du tribunal civil de leur arrondissement, et à la porte du palais de la Cour, et qu’il sera inscrit dans le délai de 3 mois à partir de ce jour, sur les registres de l’Etat Civil du domicile de l’adoptant, à la réquisition de l’une des parties,

Ainsi jugé et prononcé en audience publique de la première chambre civile de la cour royale à Poitiers le 24 décembre 1828, par Messieurs PARIGOT, président, chevalier de l’ordre royal de la Légion d’honneur, etc…

Mandons et ordonnons à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent arrêt à exécution, à nos procureurs généraux et à nos procureurs près les tribunaux de première instance d’y tenir la main, à tous, etc, etc….

Au bas de la minute dudit arrêt est écrit, enregistré à Poitiers le 5 janvier 1829…

En marge est cette mention….. :

L’an 1829, et le 29 janvier à 10h du matin, devant nous, maire et officier de l’Etat civil de la commune des Lucs, canton du Poiré… sont comparus : M. Pierre PERROTEAU père, officier de santé, et M. Victor Eliacin PERROTEAU fils, docteur médecin, domicilié l’un et l’autre au chef lieu de la dite commune des Lucs, lesquels nous ont représenté une expédition en bonne forme d’un arrêt rendu par la Cour royale de Poitiers, en date du 24 décembre dernier, … infirmatif d’un jugement du Tribunal civil de Bourbon Vendée en date du 1er dudit mois de décembre, lequel avait déclaré y avoir lieu à l’adoption faite par le dit sieur Pierre PERROTEAU dudit sieur Victor Eliacin PERROTEAU, son fils naturel, suivant acte de M. le premier suppléant du juge de paix du canton du Poiré en date du 11 octobre dernier, … et nous ont les comparants requis d’inscrire ledit arrêt sur les registres de l’état civil de cette commune,

Suivant droit à leur réquisition, nous Officier de l’Etat civil, après avoir pris lecture du présent arrêt et nous être assuré qu’il ne s’était pas écoulé trois mois depuis le jour où il a été rendu, et aucune opposition ne nous étant parvenue, nous avons reçu ladite déclaration et avons dressé le présent acte qui a été transcrit sur les deux registres à la suite dudit arrêt… Suivent les signatures.

Victor Eliacin PERROTEAU, docteur en médecine, est décédé à La Roche-sur-Yon le 28 novembre 1855 ; il y avait épousé le 1er juin 1835, Julie Rosalie Alexandrine GOUPILLEAU, propriétaire, née à La Roche-sur-Yon le 19 août 1815, y décédée le 9 septembre 1885, fille de Philippe Alexandre Marie GOUPILLEAU, percepteur, et de Louise Rosalie MERCIER ; dont au moins :

3a) Pierre Alexandre Victor PÉROTTEAU, notaire, maire des Lucs-sur-Boulogne, né à La Roche-sur-Yon le 15 avril 1836, décédé aux Lucs le 31 janvier 1876 ; il épousa Marie Angèle MONTEL, née à Cholet le 1er juillet 1843, décédée aux Lucs le 15 septembre 1905, fille d’Edouard Honoré MONTEL et d’Eugénie CHARBONNEAU.

4a) Alexandrine Marie Angèle PÉROTTEAU, née aux Lucs le 10 juillet 1866, y décédée le 19 février 1956 ; elle y épousa le 23 novembre 1886, Alfred Louis Joseph LESAFFRE, notaire à Challans, né à Halluin (59) le 12 décembre 1856, décédé aux Lucs le 15 juin 1935, fils de Jean Baptiste LESAFFRE, propriétaire, et de Félicie Clémence Joseph CLAUDOREZ.

5a) Jeanne Marie Angèle LESAFFRE, née à Challans le 12 novembre 1887, décédée aux Lucs le 17 octobre 1979 ; sans alliance.

5b) Alfred Jean Marie Joseph Victor LESAFFRE, prêtre, né à Challans le 20 décembre 1888, décédé aux Lucs le 3 juin 1970.

5c) Angèle Marie Louise Joseph LESAFFRE, née à Challans le 5 juin 1890, décédée à Olonne-sur-Mer le 13 février 1977 ; elle avait épousé aux Lucs le 28 juillet 1914, Maurice François Marie TESSON, docteur en médecine, né à Vairé le 19 décembre 1884, décédé à Olonne-sur-Mer le 17 août 1977, fils de François Joseph TESSON, et de Marie ECOMARD.

5d) Edouard Jean Marie Joseph LESAFFRE, né à Challans le 21 avril 1891, décédé à Sautron (44) le 9 mai 1930 ; médecin à Nantes ; il avait épousé à Sautron le 16 février 1923, Marie-Jeanne Fanny GOUZÉ, née le 29 mai 1896, décédée le 22 juillet 1968, fille d’Eugène GOUZÉ.

Madame LESAFFRE, née GOUZÉ, était à la tête de nombreuses terres proches, de part et d’autre de la route de St-Etienne-de-Montluc ; elle était très avenante et estimée. Par testament, Mme LESAFFRE, très croyante, fit don, à son décès, de la propriété de la Garotterie à l’Institut de l’Agneau de Dieu, congrégation de sœurs catholiques, en vue d’y établir une Communauté religieuse au service des familles et des personnes âgées.

5e) Henry Marie Joseph LESAFFRE, avoué, né à Challans le 5 janvier 1893, décédé à La Roche-sur-Yon le 23 juin 1983 ; il avait épousé à La Rochelle le 2 janvier 1924, Anne Josèphe Marguerite Marie CHASTENET de GÉRY, née à Tonnay-Charente le 21 mars 1897, décédée à La Roche-sur-Yon le 21 avril 1980, fille de Paul CHASTENET de GÉRY et de Barthe PELLEVOISIN. Dont postérité LESAFFRE, THOMAS de LA PINTIÈRE, COUËTOUX, GUIMON, LEMARQUIER, WIBAUX, JOLY, de COURRÈGES d’AGNOS de PARAGE, FRUNEAU…

5f) Anne Marie Joseph LESAFFRE, née à Challans le 25 juillet 1894, décédée aux Sables d’Olonne le 7 août 1941 ; elle épousa Jean Victor Marie TESSON, né à Vairé le 16 août 1887, décédé aux Sables d’Olonne le 8 septembre 1972, fils de François Joseph TESSON et de Marie ECOMARD. Dont postérité.

5g) Madeleine Clémence Eugénie Louise Marie Joseph LESAFFRE, née aux Lucs le 20 mai 1897, y décédée le 16 février 1995 ; sans alliance.

5h) Joseph Alfred Marie Paul LESAFFRE, né aux Lucs le 20 mars 1900, y décédé le 3 septembre 1922, étant séminariste.

4b) Louise Marie Victorine PÉROTTEAU, née aux Lucs le 1er juillet 1868 ; elle y épousa le 24 octobre 1888, Louis Napoléon Théodore BARET, notaire à Cholet, né à Bécherel (35) le 19 février 1858, fils de Victor Thomas Mathurin BARET, maître tanneur, et de Sidonie Louise MASSART.

5a) Louis Marie Victor BARET, né à Cholet le 24 octobre 1889, décédé à Préfailles (44) le 30 juin 1971.

5b) Louis Marie Joseph BARET, né à Cholet le 3 novembre 1890.

5c) Edouard Marie Joseph BARET, notaire à Cholet, y né le 13 septembre 1892, décédé à Challans le 1er novembre 1981 ; il avait épousé à Challans le 15 mai 1934, Andrée Marie Joseph Jeanne NEVEU DÉROTRIE, y née le 19 mars 1901, fille de Victor Gilles Marie Gaëtan NEVEU DÉROTRIE, médecin à Challans, et de Marie Thérèse Nathalie Philomène LORY, cette dernière, fille d’Alexis Léonide Adolphe LORY, marchand de vins en gros, et de Victoire Nathalie Angèle DÉZAMY.

5d) Marie Marguerite Jeanne BARET, née à Cholet le 1er juillet 1894, y décédée le 11 février 1960.

3b) Victorine Louise Alexandrine PÉROTTEAU, née à La Roche-sur-Yon le 2 septembre 1839, infirme, décédée aux Lucs le 20 octobre 1867.

3c) Alexandre Alfred Eliacin PÉROTTEAU, né à La Roche-sur-Yon le 21 juin 1854, propriétaire, décédé à Cholet le 6 septembre 1884 ; il y avait épousé le 4 septembre 1876, Joséphine Marie DUPONT, née à Cholet le 24 janvier 1855, y décédée le 4 août 1880, fille d’Augustin DUPONT, négociant, et de Joséphine Pauline DURAND.


2. Jacques André PÉROTTEAU, marchand cellier, né à Belleville ; il y épousa le 8 août 1741, Marie Magdeleine Anne MARTIN, née à La Merlatière, fille d’André MARTIN et de Magdeleine Ursule AUVINET.

1°) Anne Magdeleine PÉROTTEAU, propriétaire, née à Belleville le 31 juillet 1742, nommée par Me Jacques PÉROTTEAU et Henriette ARNAUD ; elle est décédée à Belleville le 8 novembre suivant.

2°) Magdeleine PÉROTTEAU, née à Boulogne le 4 mai 1747.

3°) Anne Magdeleine PÉROTTEAU, née à Boulogne le 13 juin 1748.

4°) René PÉROTTEAU, qui suit.

5°) Jeanne Aimée PÉROTTEAU, née à La Merlatière le 20 octobre 1752.

6°) Jacques André PÉROTTEAU, fermier, né à La Merlatière le 13 août 1754, décédé à Chaillé-sous-les-Ormeaux le 16 avril 1794 ; il avait épousé à Nesmy le 21 février 1786, Marie Marguerite ARNAUD, née à Belleville le 30 août 1748, décédée à St-Hilaire-la-Forêt le 13 novembre 1812, veuve de Pierre GUÉRINEAU, et fille de Pierre ARNAUD, sieur du Fief, et de Françoise FAVEROUL ; mariage après dispense du 3e degré de consanguinité, en présence de René PÉROTTEAU, frère, Pierre AUVINET, cousin issu de germain, Jacques GUÉRINEAU, beau-frère de l’épouse.

1a) Marie Henriette PÉROTTEAU, née à St-Vincent-sur-Graon le 19 août 1787.

1b) Jacques Louis Marie PÉROTTEAU, propriétaire et forgeron, né à St-Vincent-sur-Graon le 25 septembre 1788, décédé à Aubigny le 16 octobre 1834 ; il y avait épousé le 25 février 1824, Marie GIROUARD, née à Aubigny le 25 septembre 1781, fille de Charles Louis GIROUARD, petit-fils de Louis TRAINEAU et de Perrine FRAPPIER, et de Marie TRAINEAU, arrière-petite-fille de René PAJOT et d’Anne FRAPPIER.

2a) Marie PÉROTEAU, née à Aubigny le 23 novembre 1821, y décédée le 11 mars 1900 ; elle y avait épousé le 1er mai 1839, Antoine BONNEAU, propriétaire et charron, né à Aubigny le 15 février 1808, y décédé le 17 octobre 1884, fils de François BONNEAU – ce dernier, fils de Nicolas BONNEAU et de Marie Angélique BACQUA – et de Marie Jeanne GAUVREAU ; dont postérité.

2b) Louise PÉROTEAU, née à Aubigny le 22 décembre 1824, y décédée le 4 mai 1913 ; elle y avait épousé le 29 avril 1857, Jean MOREAU, né à Aubigny le 29 mars 1828, fils de Louis MOREAU et de Marie BELLAVOINE.

1c) René Vincent PÉROTTEAU, propriétaire, maire de St-Hilaire-la-Forêt, né à St-Vincent-sur-Graon le 22 janvier 1790, décédé à St-Hilaire-la-Forêt le 23 février 1872 ; il avait épousé d’abord à Avrillé le 25 octobre 1815, Marie Jeanne ROBERT, propriétaire, née à Nieul-le-Dolent le 30 août 1791, décédée à St-Hilaire-la-Forêt le 19 février 1822, fille de Pierre ROBERT et de Marie Anne BUFFET ; puis à St-Hilaire-la-Forêt le 30 décembre 1835, Marie Honorée PASQUIER, née vers 1806, femme de confiance chez son futur époux, fille de Jean PASQUIER et de Marie Anne ORSONNEAU.

2a) Pierre Aimé PERROTEAU, propriétaire, né du premier mariage à Avrillé le 24 juillet 1816 ; il épousa à Curzon le 7 août 1839, Rose Angélique BÉCAUD, y née le 3 janvier 1822, fille de René Louis BÉCAUD, propriétaire, et d’Angélique GUILLET.

3a) Philomène PERROTEAU, servante à Angles, née à St-Hilaire-la-Forêt le 13 août 1843 ; elle épousa à Longeville le 9 novembre 1864, Pierre BRETON, y né le 26 janvier 1834, fils de Pierre BRETON et de Marie JAULIN. Dont postérité.

2b) Benjamin Joseph PERROTEAU, tuilier, né du second mariage à St-hilaire-la-Forêt le 28 décembre 1848 ; il épousa à Talmont le 29 novembre le 29 novembre 1871, Marie Louise TRICHEREAU, née à St-Hilaire-de-Talmont le 11 juin 1850, fille de Jean Louis TRICHEREAU et de Rose CHARTAUD.

7°) Magdeleine Marguerite PÉROTEAU, née à La Merlatière le 28 décembre 1756 ; elle y épousa le 26 octobre 1784, Louis Etienne MORIN, notaire, décédé à Fontenay-le-Comte le 15 décembre 1794, fils de Louis MORIN et de Marie Magdeleine GUILBAUD ; mariage en présence de Louis RAIMBAUD, oncle par alliance de l’époux, Me Aimé BOSSU, son cousin issu de germain, Louis RAIMBAUD, son cousin germain, René, Jacques et Anne PÉROTTEAU, frères et sœur de l’épouse, Me Pierre PÉROTTEAU, chirurgien juré, son cousin ; dont au moins :

1a) Pierre Louis MORIN, employé dans le génie à La Roche-sur-Yon, né à La Merlatière le 16 août 1785 ; il avait épousé à Belleville le 3 novembre 1813, Prudence Marie Esther GOUIN, y née le 13 avril 1792, fille de Pierre Aimé GOUIN, sieur de la Roulière, maire de Belleville, et de Rose Pélagie BOUHIER ; mariage en présence de Pierre PÉROTEAU, 54 ans, propriétaire aux Lucs, parent au 5e degré de l’époux, Jacques MERCIER, 30 ans, propriétaire, son beau-frère, Louis GOUIN, 75 ans, propriétaire, ayeul de l’épouse,et Gabriel Victor GOUIN, 45 ans, propriétaire à la Godière de Saligny ; dont, entre autres :

2a) Aricide Vitaline Eudoxie MORIN, née à La Roche-sur-Yon le 28 septembre 1821 ; elle y épousa le 22 octobre 1851, Alphonse Auguste PIZAGOU LOGERIE, né au Poiré-sur-Vie le 16 octobre 1810, fils de Jean Marie Germain PIZAGOU LOGERIE, et de Charlotte Henriette REGNAULT de LA RIFFAUDIÈRE.

1b) Geneviève MORIN, née à la Merlatière le 7 janvier 1789, décédée à Belleville le 2 octobre 1825 ; elle y avait épousé le 19 juin 1805, Jacques Louis MERCIER, aubergiste, né à Saligny le 10 février 1783, fils de Jacques André MERCIER, sieur de la Jarrie, notaire et greffier, et de Marie Anne Magdeleine PELLETIER. Dont postérité.

8°) Pierre André PÉROTTEAU, né à Boulogne le 22 novembre 1859.


3. René PÉROTTEAU, de Boulogne ; il épousa à St-Fulgent le 23 février 1789, Françoise JAUD, y le 2 mai 1746, décédée à St-Denis-la-Chevasse le 27 novembre 1818, fille de François JAUD et de Marie BORDERON ; elle était veuve en premières noces de Pierre PAIN. Ils eurent au moins un fils qui suit.


4. Pierre René PÉROTTEAU, propriétaire et maréchal, né à La Merlatière le 8 septembre 1791 ; il épousa d’abord au Poiré-sur-Vie le 20 juillet 1810, Rose Françoise ARNAUD, y née vers 1790, décédée à St-Denis-la-Chevasse le 18 mars 1814, fille d’André ARNAUD, marchand, et de Perrine ARNAUD ; puis à La Copechagnière le 5 octobre 1816, Marie MOREAU, y née vers 1789, fille de Jean MOREAU et de Louise RENAUDIN.

1°)  Rose Françoise PÉROTTEAU, née du premier mariage à La Merlatière le 22 septembre 1810 ; elle épousa à St-Denis-la-Chevasse le 17 novembre 1834, Henri BONNAUD, maréchal à Vieillevigne, y né le 1er mai 1811, fils de François Antoine BONNAUD et d’Anne Pélagie COUSSEAU.

2°) François PÉROTTEAU, né à St-Denis-la-Chevasse le 7 août 1812.

3°) Marie Rose PÉROTTEAU, née du second mariage à St-Denis-la-Chevasse le 21 février 1818.

4°) Pierre Armand PÉROTTEAU, né à St-Denis-la-Chevasse le 16 novembre 1819.

5°) Hyacinthe Séraphie PÉROTTEAU, née à St-Denis-la-Chevasse le 19 septembre 1821.

6°) Charles Alexis PÉROTTEAU, maréchal, né à St-Denis-la-Chevasse le 27 août 1823, y décédé le 27 septembre 1893 ; il y avait épousé le 20 août 1844, Appoline Elisabeth ROY, née à St-Denis-la-Chevasse le 17 février 1824, fille de Louis ROY, et d’Ursule Balsamine MERCIER.

1a) Charles Edmond Auguste PÉROTTEAU, né à St-Denis-la-Chevasse le 11 janvier 1852.

7°) Eugénie Euphrasie PÉROTEAU, propriétaire, née à St-Denis-la-Chevasse le 15 mars 1826 ; elle y épousa le 19 janvier 1852, Benjamin Auguste Alexandre HUBERT, marchand, né à Chantonnay le 28 janvier 1827, fils de François Auguste HUBERT, tailleur d’habits, et de Céleste MOTAIS.

8°) Clémence Adélaïde PÉROTTEAU, propriétaire, né à St-Denis-la-Chevasse le 2 octobre 1827 ; elle y épousa le 10 septembre 1850, Eugène GOUPILLEAU, marchand, né à La Roche-sur-Yon le 28 janvier 1827, fils de Jacques GOUPILLEAU et de Renée DELAIN (alias DELUIN).

9°) Eulalie Elise PÉROTTEAU, née à St-Denis-la-Chevasse le 22 janvier 1830 ; elle y épousa le 27 septembre 1853, François JOGUET, sellier, né à Vieillevigne le 25 avril 1829, fils de François JOGUET, marchand, et de Magdeleine GOILLANDEAU.